Eurovision 2018: Le Danemark assurera l'ambiance «Game of Thrones» avec Rasmussen

LA FICHE CHANSON Gros plan sur la candidature danoise à l'Eurovision qui se déroulera en mai prochain à Lisbonne (Portugal)...

Fabien Randanne

— 

Rasmussen, candidat du Danemark à l'Eurovision 2018.

Rasmussen, candidat du Danemark à l'Eurovision 2018. — Capture d'écran DR1

C’est qui ? (Jonas Flodager) Rasmussen a 32 ans. Jusqu’ici sa carrière musicale était composée de reprises avec son groupe Hair Metal Heröes et d’apparitions dans des spectacles musicaux au Danemark.

Le refrain de sa chanson, Higher Ground : « Gèle la flèche dans les airs, appose ta marque et laisse-là sur place. Sois le premier à te retourner, fais le grand saut pour tomber à un plus haut niveau. »

Le Danemark participera à la deuxième demi-finale, celle du 10 mai, diffusée sur France 4 et au cours de laquelle les téléspectateurs français auront la possibilité de voter pour leur(s) candidat(s) préféré(s). S’il se qualifie, il participera donc à la finale du 12 mai.

Ce qu’il faut savoir : Rasmussen était l’un des dix finalistes du Dansk Melodi Grand Prix, le concours organisé au Danemark pour désigner le candidat à l’ Eurovision. A l’issue d’un premier tour de votes, il figurait parmi les trois artistes les plus plébiscités. Au second tour, il s’est imposé avec 50 % des voix face à ses deux adversaires.

Le fan dit : « C’est une chanson super originale, super épique et cinématographique et surtout elle représente bien l’essence du pays. »

Le hater dit : « Hélas, le Danemark a encore choisi la sécurité pour l’Eurovision 2018. Pas grand-chose à dire sur celle-ci à part "Eurk mon dieu, c’est médiocre". »

20 Minutes dit : Du grand gaillard, des cheveux longs, du poil roux, de la barbe à rallonge, du cuir, des voiles, des pirates… On dirait que le Danemark cherche à cocher les cases Vikings, Game of Thrones, Pirates des Caraïbes, leather fetish et hygiène douteuse. Cela devrait suffire pour se qualifier en finale. Mais pour faire un bon résultat, il faut dégainer l’artillerie lourde avec une mise en scène plus épique et moins scénomusée de Copenhague.