Des livres pour faire rimer «Ma journée Montessori» avec apprentissage de l'autonomie

ENFANCE Bayard lance une nouvelle collection de livres de conseils pratiques pour les enfants, inspirés de la pédagogie Montessori…

Caroline Delabroy

— 

Parus chez Bayard Jeunesse, ces petits livres cartonnés s'adressent aux tout-petits aussi bien qu'aux parents.
Parus chez Bayard Jeunesse, ces petits livres cartonnés s'adressent aux tout-petits aussi bien qu'aux parents. — Bayard Editions

Quand Maxime se réveille, il se lève du bon pied et plein d’envies. Son matelas est posé à même le sol. Exit le lit à barreaux, le héros des petits livres Ma journée Montessori, une nouvelle collection pour les 1-3 ans parue chez Bayard Jeunesse, va seul dans la chambre de ses parents, pour un « câlin réveille-matin ». « Allons dans ta chambre pour faire ton lit et t’habiller », lui lance ensuite sa maman.

>> A lire aussi : On a répondu à vos questions sur la pédagogie Montessori

Conseils pratiques à usage des parents

Chaque moment de la journée du jeune enfant aura ainsi son livre dédié, plein de conseils «  Montessori » distillés tout au long du récit. L’auteure Charlotte Poussin les résume à la fin sur une double page, où elle entend livrer quelques principes simples. « Si le lit est au sol, explique-t-elle, c’est pour que Maxime puisse aller se reposer quand il en ressent le besoin ou en sortir quand il se réveille le matin, sans dépendre de l’adulte ni se sentir enfermé. »

L’enfant participe ensuite aux petites routines du matin (mettre la table du petit-déjeuner, faire son lit) et se sent ainsi impliqué. Jouets et habits sont à portée de main, de même que la vaisselle et les couverts sont adaptés à sa taille et à sa force, dans le but de lui permettre d’être autonome. « L’autonomie et la confiance en soi de l’enfant se cachent dans ces toutes petites choses, ces petits réflexes que l’on a souvent en tant que parent, et qui l’empêchent de grandir », estime Charlotte Poussin.

« Chez moi, ce n’est pas du tout Montessori ! »

Tout au long des pages, le trait de l’illustratrice Emmanuelle Houssais est rassurant, intemporel, et la journée de Maxime se déroule dans un climat de bienveillance et de complicité assez communicatif… même si très idéalisé. « Chez moi, ce n’est pas du tout Montessori, s’amuse Bruno, jeune papa, à la lecture des quatre premiers opus. Les jouets sont en vrac, l’armoire absolument pas rangée comme dans le livre, et le matin c’est plutôt la course pour se lever et être à l’heure. »

« Ces livres ne sont certainement pas faits pour culpabiliser les parents, sourit Charlotte Poussin. Chacun va piocher ce qu’il peut mettre en application, ou se rendre compte qu’il fait du Montessori sans le savoir ! Ce n’est pas une leçon, mais l’occasion de mettre en scène des moments du quotidien. »

>> A lire aussi : L'éducation bienveillante, véritable avancée ou concept fumeux?

Une approche utile pour les tout-petits, vraiment ?

« Nous avons cherché à tout prix à éviter un côté dogmatique, explique pour sa part Isabelle Bézard, directrice éditoriale petite enfance chez Bayard. Le propos est de donner envie, de montrer que c’est possible d’envisager ainsi la relation avec son enfant, c’est pourquoi nous proposons des astuces très concrètes. »

À ceux qui douteraient d’une telle approche Montessori pour les tout-petits, elle répond, qu'« avant d’être une pédagogie, c’est d’abord un regard bienveillant que l’on porte sur l’enfant, une façon d’être attentif à son développement, à ses rythmes, ses envies et ses besoins ». « Au contraire, poursuit-elle, c’est même par la petite enfance qu’il faut commencer. Avant d’en arriver aux apprentissages de l' école maternelle, il y a toute une posture de l’enfant vis-à-vis de lui-même, de sa confiance en lui qu’il faut construire. »

« Ma journée Montessori », 22 pages, 5,50 euros.