Elon Musk le 27 septembre 2016 au Mexique.
Elon Musk le 27 septembre 2016 au Mexique. — Hector-Guerrero / AFP

BOULE DE CRISTAL

VIDEO. Space X, Neuralink, Hyperloop… Elon Musk sait lire l’avenir et voici ce que le futur nous réserve

Elon Musk n’a peur de rien : il envoie ce mardi une voiture dans l’espace sur la musique de David Bowie…

  • Space X s'apprête à lancer ce mardi sa fusée Falcon Heavy, décrite comme «la plus puissante du monde». 
  • Elon Musk a l'intention de coloniser Mars. 
  • Puces dans le cerveaux, trains à très grand vitesse... Le business man a des projets plein la tête. 

Dis-moi, Elon, que nous réserve le futur ? Il suffit d’aller jeter un coup d’œil sur ses comptes Twitter et Instagram pour avoir un aperçu du monde de demain. Fantasque, visionnaire, fou… Tous les qualificatifs sont bons pour parler de cet entrepreneur américain, à l’origine de Space X, Hyperloop, Neuralink et, plus récemment, de lance-flammes (pour mettre le feu dans n’importe quelle soirée).

Great for roasting nuts 🔥 🥜

A post shared by Elon Musk (@elonmusk) on

Sur tous les fronts, Elon Musk a un peu pris Philip K. Dick au pied de la lettre et jusqu’ici, ça ne lui réussit pas trop mal. Alors que Space X va lancer ce mardi sa fusée Falcon Heavy, décrite comme « la plus puissante du monde », retour sur les projets futuristes d’un business man de génie, qui a fait fortune avec la banque en ligne Paypal.

Les colonisations de Mars

Elon Musk compte bien coloniser la planète Mars. Space X s’apprête à lancer sa fusée Falcon Heavy, qui doit préfigurer les missions capables de transporter des équipages sur la Lune et peut-être sur Mars. « Lorsque Falcon Heavy s’élèvera, ce sera la fusée la plus puissante actuellement opérationnelle dans le monde », a tweeté la société en début de soirée, confirmant les détails du tir.

Et comme Elon Musk ne manque pas d’imagination, il a choisi une charge utile un peu particulière pour ce premier vol : son roadster Tesla rouge cerise au volant duquel est installé un mannequin vêtu du scaphandre spatial développé par l’entreprise. « Starman dans un roadster rouge », a posté le richissime homme d’affaires sur Instagram lundi montrant la voiture électrique le nez pointé vers le ciel avec le faux astronaute aux commandes. Space Oddity de David Bowie servira de fond musical au lancement, elle sera jouée dans la voiture (il a le sens de la com’). L’homme d’affaires a choisi pour destination de ce premier vol l’espace lointain, à une distance à peu près équivalente de celle de Mars par rapport au Soleil. La planète rouge sera la prochaine étape.

Mars Awaits

A post shared by Elon Musk (@elonmusk) on

Des cerveaux connectés aux machines

Elon Musk fait un pas de plus dans la science-fiction avec son idée d’implant cérébral qui permettrait à l’homme de communiquer directement avec un ordinateur. Neuralink, spécialisée en neurotechnologie, travaille sur des électrodes dans le cerveau capables de transmettre ou d’importer des pensées. Avec ce projet, un pendant concret des recherches d’Open AI, le business man touche du doigt la singularité numérique [le jour où l’intelligence des machines aura dépassé celle des hommes et où nous serons relégués au rang des animaux face à une IA forte]. On pourra directement mettre nos souvenirs dans le Cloud, plus besoin d’appareil photos.

>> A lire aussi : Et si on pouvait hacker votre cerveau?

Un train plus rapide qu’un avion

Demain, les trains iront plus vite que les avions. C’est le pari de Hyperloop One dont le concept consiste à propulser des passagers dans des capsules maintenues en l’air grâce à des aimants dans un tube à basse pression à une vitesse qui pourrait, à terme, atteindre 1.200 km/h. Fin juillet dernier, la startup a effectué un second test réussi et s’est dit prête à entrer en phase de commercialisation. Le prototype a circulé à 310 km/h, contre 112 km/h lors du premier essai complet, en mai. Hyperloop One est déjà en contact avec plusieurs gouvernements et partenaires potentiels, a expliqué le dirigeant de la startup qui a déjà levé 160 millions de dollars auprès d’investisseurs, notamment la SNCF. L’objectif reste la mise en service d’un Hyperloop en 2021.

Un semi-remorque futuriste

À côté du reste, les voitures autonomes paraissent presque fadasses et déjà-vu. Mais Tesla s’attaque à une nouvelle frontière du transport routier « vert » avec un semi-remorque électrique aux lignes futuristes. Il accélérerait de 0 à presque 100 km/h en seulement cinq secondes. Le semi a une autonomie de 800 km « chargé à son poids maximum et à vitesse d’autoroute », a affirmé Elon Musk. « Comme 80 % de trajets font moins de 400 km, ça veut dire qu’on peut aller à sa destination et revenir sans recharger ». La production commencera en décembre 2019.

Impressionnant pour un seul homme, mais ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. Elon Musk planche aussi sur des voyages Paris-Sydney en 50 minutes à l’aide de fusées [au lieu de plus de 22 heures en avion], un projet de transport public souterrain, des panneaux solaires pour stocker de l’énergie… Le richissime entrepreneur ne lit pas seulement l’avenir, il l’invente et on a très envie de voir ça.