«Brotopia»: Orgies, drogues et misogynie… La part obscure de la Silicon Valley

HIGH SEX Dans son livre, la journaliste Emily Chang expose la culture misogyne de la Silicon Valley et fait le constat d’un problème endémique…

L.B.

— 

Silicon Valley. Illustration
Silicon Valley. Illustration — PURESTOCK/SIPA
  • « Brotopia : Breaking Up the Boys' Club of Silicon Valley » est publié le 6 février.
  • Emily Chang a rencontré des dizaines de personnalités du monde de la technologie pour cette enquête.
  • Dans un extrait publié en janvier par Vanity Fair, elle décrivait des parties organisées par le gotha de la tech.

Le sexisme de la Silicon Valley dépasse de loin le problème de la sous-représentation des femmes dans le milieu des nouvelles technologies. Les accusations de harcèlement sexuel de Susan Fowler, une ancienne ingénieure de chez Uber, avaient provoqué un premier tremblement de terre en 2017.

>> A lire aussi : Sexisme, discrimination, exploitation... Les cinq casseroles d'Uber en proie aux polémiques

La réplique est attendue ce mardi avec la parution de Brotopia : Breaking Up the Boys' Club of Silicon Valley d’Emily Chang, une journaliste de chez Bloomberg TV, dont les bonnes feuilles publiées dans Vanity Fair début janvier, exposaient la face cachée de la Silicon Valley, sa culture sexiste et ses orgies sexuelles où la drogue coule à flots. « Pendant que les hommes s’envoient en l’air, les femmes se font avoir [«while men get laid, women get screwed »], écrit-elle en guise d’introduction de cet extrait d’une dizaine de pages. Retour sur un livre qui s’annonce déjà comme un électrochoc.

Des soirées exclusivement dédiées au sexe

« Vous savez tout de suite lorsqu’il s’agit d’une de ces fêtes. Dans une soirée tech normale, il n’y a quasiment pas de femmes. Dans ces soirées, il y en a des tonnes », observe l’un des interlocuteurs de la journaliste. Le ratio peut monter à deux femmes pour un seul homme. Emily Chang a rencontré plus d’une dizaine de personnes qui lui ont raconté l’envers du décor. Une fois par mois, le vendredi ou le samedi soir, les personnalités du monde des nouvelles technologies se retrouvent sur un bateau à Ibiza, un château dans la Napa Valley ou une maison à Malibu pour s’envoyer en l’air.

Les protagonistes sont souvent les mêmes : des investisseurs de renom, des célèbres entrepreneurs, des cadres influents qui se retrouvent pour des soirées de sexe expérimental. Le profil des femmes est un peu différent. Si elles sont jolies, jeunes et « volontaires », elles ne seront pas recalées à l’entrée. Certaines viennent de la Vallée et travaillent dans la tech, d’autres sont de L.A. [Los Angeles] et bossent dans l’immobilier, les relations publiques, le coaching

C’est toujours la femme qui perd

Il existe deux types de fêtes : les premières sont exclusivement dédiées au sexe, « l’alcool et la drogue sont interdits (pour la sécurité et la performance) », et insistent sur un nombre équilibré d’hommes et de femmes. Les deuxièmes mettent le paquet sur la drogue et les femmes, elles se terminent en petits groupes de câlins. Des orgies où la MDMA sert à se détendre et où les hommes peuvent ramener autant de « plus un » qu’ils le désirent.

>> A lire aussi : «On ne pourra pas avancer sur l’égalité femme-homme sans les hommes»

« Je vois de nombreux hommes coucher avec une dizaine de femmes en même temps », explique une source. Et ils ne s’en cachent pas, au contraire, certains en sont plutôt fiers (même s’ils ne s’expriment pas librement dans le livre). Ces parties fines sont, pour eux, l’une des nombreuses expressions de la culture disruptive qui mêle créativité et ouverture d’esprit dans le sillage du festival Burning Man. Et à la fin, c’est toujours la femme qui perd. Elle ne tire pas grand-chose de ces soirées. Elle est au contraire décrédibilisée et les portes se ferment. Si elle a le malheur de refuser une invitation, « elle finit à la table des "pas cool" », raconte une entrepreneure. Une fois qu’elle met le doigt dans l’engrenage, c’est trop tard, il n’y a pas de sortie. C’est la double peine.

A la limite de la prostitution

La libération sexuelle cache une réalité beaucoup moins reluisante. Emily Chang met plusieurs problèmes en lumière. Outre une idée du consentement galvaudée - les hommes ont le pouvoir et les femmes sont marginalisées et reléguée au rang de « sous-classe » -, ces soirées mettent en place un système à la limite de la prostitution. « Que des hommes riches cherchent des aventures sexuelles avec des femmes n’a rien de nouveau. Mais beaucoup de ces personnalités importantes de la Silicon Valley ont quelque chose en commun : une adolescence solitaire dépourvue de tout contact avec le sexe opposé », rappelle l’auteure de Brotopia.

Elisabeth Sheff, qui a travaillé de nombreuses années sur les relations libres, ne mâche pas ses mots sur ces soirées, surtout celles où les femmes sont en grand nombre : « C’est de l’exploitation. De l’arrogance masculine rétrograde et tordue et c’est à la limite de la prostitution. (…) "Je devrais pouvoir faire l’amour car j’ai de l’argent". Cela n’a rien de progressiste, ce sont encore les mêmes conneries. C’est essayer de mélanger le neuf tout en gardant les bonnes vieilles habitudes, ces attitudes sont construites sur le patriarcat et se font aux dépens des femmes ».

Un avant-goût amer de la misogynie et des comportements sexistes qui sévissent dans la Vallée. Emily Chang compte mettre un stop au « boys club ». A l’heure de #metoo​, les « bros » [comprendre les potes] de la tech peuvent commencer à trembler.