VIDEO. Anne Sinclair partage un article de Vanity Fair sur Tariq Ramadan et se fait insulter sur Twitter

ANTISEMITISME De nombreux intellectuels ont pris sa défense...

L.B.

— 

Anne Sinclair, le 23 janvier 2012 à Paris.
Anne Sinclair, le 23 janvier 2012 à Paris. — Thibault Camus/AP/SIPA

Plusieurs personnalités ont volé à son secours. La journaliste Anne Sinclair a eu le malheur de relayer un article de Vanity Fair samedi sur l’affaire Tariq Ramadan. Titré « Tariq Ramadan : le récit de celle qui a fait basculer l’affaire », l’article, signé Marion Van Renterghem, donne la parole à l’une des victimes de l’islamologue suisse, « Christelle », qui est venue le confronter dans les locaux de la police judiciaire, le 1er février.

>> A lire aussi : Accusations de viols: Retour sur l'affaire Tariq Ramadan en dix dates

Un simple retweet qui a valu à la journaliste de s'attirer un déferlement d’insultes antisémites et misogynes. De nombreux internautes s’en sont pris à Anne Sinclair, ex-épouse de Dominique Strauss-Kahn, accusé de tentative de viol en 2011 par une femme de chambre du Sofitel de Manhattan, Nafissatou Diallo, 32 ans.

Antisémitisme, complotisme, misogynie

Le philosophe Raphaël Enthoven a pris sa défense sur Twitter : « Chers couillons qui (au motif qu’elle-même était mariée à DSK) insultez Anne Sinclair parce qu’elle attaque Ramadan, qu’auriez-vous dit si elle avait pris sa défense ? Quoi qu’elle dise, vous dénoncerez un double discours. En cela, c’est votre discours qui est double ». L’ancien ministre de l’Intérieur Matthias Fekl a qualifié ce dimanche ces attaques « d’ignobles » tandis que de nombreux intellectuels ont réagi avec émotion.

L’auteure de l’article en cause a également pris la plume pour réagir. « Je m’étonnais du silence des petits minables habituels de Twitter face à tant d’indices gênants pour Ramadan. Il a suffi du tweet d’Anne Sinclair pour leur redonner le sentiment d’exister. Antisémitisme, complotisme, misogynie : les trois seules raisons d’être qu’il leur reste », a tweeté Marion Van Renterghem.

Le théologien suisse Tariq Ramadan a été mis en examen vendredi à Paris pour viols et incarcéré au terme de deux jours de garde à vue.