Matthieu Gallet révoqué: Le CSA a tranché en toute «indépendance», affirme Françoise Nyssen

REACTION Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a annoncé mercredi dernier avoir « décidé de retirer son mandat » au président de Radio France...

L.Be.

— 

La ministre de la Culture, Françoise Nyssen, le 8 septembre à Rennes.
La ministre de la Culture, Françoise Nyssen, le 8 septembre à Rennes. — MATHIEU PATTIER/SIPA

Françoise Nyssen est revenue sur la  révocation du président de Radio France dans les colonnes du Journal du dimanche ce dimanche. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a annoncé mercredi dernier avoir « décidé de retirer son mandat » au président de Radio France Mathieu Gallet, condamné le 15 janvier pour favoritisme lorsqu’il dirigeait l’Ina, ce qui avait poussé le gouvernement à réclamer son départ.

>> A lire aussi : «Il y a eu une volonté politique claire de faire sauter le PDG de Radio France»

 

La ministre de la Culture avait déclaré au Monde, le 16 janvier dernier : « Un dirigeant d’entreprise publique condamné pour favoritisme, ce n’est pas une situation acceptable. Il appartient à l’intéressé d’en tirer les conséquences, ainsi qu’au Conseil supérieur de l’audiovisuel, légalement compétent ». Au JDD, elle affirme qu’elle « ne regrette pas la phrase prononcée » et insiste, le CSA « a tranché en toute indépendance », elle n’aurait pas influencé la décision.

« Un mode de nomination par les conseils d’administration »

« J’ai exprimé l’exigence d’exemplarité absolue à laquelle les dirigeants politiques et les dirigeants d’entreprises publiques doivent se conformer. Le CSA a jugé que la situation dans laquelle se trouve Mathieu Gallet ne lui permet plus d’assurer sa mission. Il a considéré que les conditions n’étaient plus réunies pour que Mathieu Gallet reste à la tête d’une entreprise publique après sa condamnation en première instance », insiste Françoise Nyssen qui explique faire la part des choses. « Je distingue le bilan de Mathieu Gallet à la tête de Radio France, qui est bon, et l’épilogue judiciaire qui a conduit à sa révocation ».

Elle précise ensuite les contours de la réforme qu’elle souhaite mener dans l’audiovisuel public. « Rien n’est arrêté, mais nous privilégierons des modes d’organisation efficaces qui favorisent une mise en œuvre rapide des orientations stratégiques, et non un Meccano institutionnel. Nous réfléchissons également à un mode de nomination non plus par le CSA mais par les conseils d’administration. Lorsqu’on se projette vers une transformation ambitieuse, on ouvre toutes les portes ».