«Happiness», «Destins parallèles», «Après la pluie»... Lire des mangas pour mieux comprendre les ados

BD Si vous ne comprenez pas ce qu’il se passe dans la tête, le cœur, les tripes de vos ados, lisez des mangas, ou faites-leur lire, c’est bien aussi…

Vincent Julé
— 
«Happiness», «Destins parallèles», «Après la pluie»... L'adolescence racontée en mangas
«Happiness», «Destins parallèles», «Après la pluie»... L'adolescence racontée en mangas — Shuzo Oshmi-Kodansha Ltd. / 2015 Daisuke Imai-Akitashoten / Jun Mayuzuki-Shogakukan

Un lycéen mordu par une vampire… La rencontre entre un intello coincé et une jeune femme mal dans sa peau… Une adolescente secrètement amoureuse de son patron… Ces histoires, vous pensez sûrement les avoir déjà lues ou vues, mais pas comme ça, pas comme dans les mangas. La jeunesse a toujours passionné les mangakas, de Toru Fujisawa avec (Young) GTO à Ai Yazawa avec Nana en passant par Mitsuru Adachi avec Touch, mais une nouvelle génération d’auteurs touche du crayon le cœur des ados, leur désordre intérieur, leur passage à l’âge adulte, qu’ils vivent dans un Japon post-Fukushima ou dans le reste du monde. La preuve en quatre conseils de lecture, dont deux sorties, Happiness fin janvier et Destins parallèles jeudi.

>> A lire aussi : Les Japonais sont fous, la preuve en mangas

Happiness

Malgré le titre, ce n’est pas la joie pour Makoto élève banal et discret, et souffre-douleur de sa classe. Un soir, il est mordu par une jeune vampire, qui lui laisse le choix : mourir ou devenir comme elle. Métamorphose du corps, soif de sang, force nouvelle… De Buffy à Twilight, le vampirisme est devenu une métaphore attendue de l’adolescence. Mais sous le trait Shuzo Oshimi, elle prend des airs de première fois, à la fois banale et inéluctable.

Le manga Shuzo Oshimi dépeint avec style et puissance le désordre intérieru des adolescents dans «Happiness»
Le manga Shuzo Oshimi dépeint avec style et puissance le désordre intérieru des adolescents dans «Happiness» - Shuzo Oshimi / Kodansha Ltd.

Il faut dire que le mangaka s’intéresse moins à la mythologie vampire qu’à la perte de contrôle, une violence physique et psychologique qui s’exprime par des planches à la limite de l’expressionnisme. Comme dans ses œuvres précédentes Les fleurs du mal et Dans l'intimité de Marie, Shuzo Oshimi cache derrière un dessin rond, un récit lent et la fausse insouciance de l’adolescence, un véritable volcan d’émotions et de tourments.

Happiness, de Shuzo Oshimi, 1 tome disponible (Pika)

>> A lire aussi : Qui sont les nouveaux lecteurs de mangas ?

Dead Dead Demon’s Dededede Destruction

Avec Solanin puis Bonne nuit Punpun, Inio Asano s’est imposé comme la voix d’une génération nippone, ou pour reprendre l’expression de Lena Dunham de Girls :  «une voix d'une génération». Les « filles » sont d’ailleurs les héroïnes de son Dead Dead Demon’s Dededede Destruction (DDDD), où un gigantesque vaisseau spatial a fait son apparition au-dessus de Tokyo il y a trois ans et n’a pas bougé ni attaqué depuis. Il est juste là, et la vie continue, doit continuer.

Oui, il s’agit d’une allégorie de la catastrophe de Fukushima, le dessinateur ne s’en cache même pas, et en profite pour faire un portait de groupe d’une grande richesse, parfois jusque dans le détail le plus absurde, la digression la plus inattendue et un effet de miroir d’autant plus réaliste et saisissant. C’est sa signature, à la fois unique et universelle.

Dead Dead Demon’s Dededede Destruction, d’Inio Asano, 6 tomes disponibles (Kana)

>> Hiro Mashima, auteur de «Fairy Tail»: «L'âge d'or du shônen manga est fini, mais nous sommes aujourd'hui lus dans le monde entier»

Après la pluie

Récompensé du Daruma du meilleur seinen 2018, adapté en série animée et film live, vendu à près de deux millions d’exemplaires, Après la pluie est l’un des mangas du moment. Et l’un des plus simples. Akira, lycéenne de 17 ans, travaille après les cours dans un restaurant, et elle est amoureuse de son patron, Masami, un raté et divorcé de 45 ans. Un jour de pluie, elle lui fait sa déclaration. Et après ?

C’est toute la question qu’explore Jun Mayuzuki, en toute simplicité mais sans jamais tomber dans la facilité. Lui, ne comprend pas, n’y croit pas, et se souvient de sa propre adolescence, de ses premiers émois. Elle, assume, malgré le regard des autres, peut-être en réaction à ses rêves de gloire sportive brisés. Même si la relation elle-même, et sa faisabilité, est un enjeu du manga, il n’empiète jamais sur le sentiment amoureux, sa représentation, et l’état de flottement dans lequel il plonge les personnages… et les lecteurs.

Après la pluie, de Jun Mayuzuki, 4 tomes disponibles (Kana)

>> A lire aussi : Hémorroïdes, chiens morts, meilleur boulanger... Top 5 des mangas WTF

Destins parallèles - Elle & Lui

La libération actuelle de la parole des femmes sur les violences et le harcèlement sexuelles a remis en lumière la notion de consentement. Toute relation se fait à deux, est la rencontre de deux points de vue. Le mangaka Daisuke Imai l’applique à la lettre dans Destins parallèles, une histoire d’amour racontée de deux points de vue différents, le garçon et la fille, dans deux séries différentes. Le dispositif rappelle un autre manga, Made in Heaven, ainsi que les films 500 jours ensemble ou The Disappearance of Eleanor Rigby.

Le manga «Destins parallèles» de son point de vue à lui
Le manga «Destins parallèles» de son point de vue à lui - 2015 Daisuke Imai / Akitashoten

Mais attention, Destins parallèles ne raconte pas une relation toxique ou déséquilibrée, juste une rencontre banale entre deux ados timides et maladroits. Il faut vraiment lire les deux mangas, les deux points de vue, pour la remettre en perspective, et saisir les subtilités d’une situation, d’un geste ou d’une case de dessin. Et là, tout devient compliqué, comme dans la vie.

Destins parallèles - Elle & Lui, de Daisuke Imai, 2 tomes disponibles (Komikku)

Le manga «Destins parallèles» de son point de vue à elle
Le manga «Destins parallèles» de son point de vue à elle - Daisuke Imai 2015 / Futabasha Publishers Ltd.