Grammy Awards: «C'est fini!» Contre le harcèlement et les inégalités, les stars sortent les roses blanches

MUSIQUE L'idée a été lancée par un groupe de musiciennes inquiètes de voir que le monde de la musique restait relativement apathique face au scandale qui balaie les Etats-Unis...

M.C. avec AFP

— 

Lady Gaga aux Grammy Awards, le 28 janvier 2018.
Lady Gaga aux Grammy Awards, le 28 janvier 2018. — Evan Agostini/AP/SIPA

Après les robes noires qui avaient dominé les Golden Globes en solidarité avec le mouvement #MeToo, ce sont les roses blanches qui ont envahi dimanche le tapis rouge pour la cérémonie des Grammy Awards. De Lady Gaga à Sting, en passant par Khalid ou Cindy Lauper, de nombreuses stars du monde de la musique se sont emparées de ce nouveau symbole de la lutte contre le harcèlement sexuel et pour l’égalité hommes-femmes.

L’idée d’arborer des roses blanches aux Grammy avait été lancée il y a quelques jours à peine par un groupe de musiciennes, inquiètes de voir que le monde de la musique restait relativement apathique face au scandale qui balaie les Etats-Unis depuis le début de l’affaire Weinstein. Succès assuré.

« Une rose blanche est symbole de respect, marque un nouveau début et exprime un espoir pour l’avenir », a tweeté le mouvement Time’s Up, lancé par des centaines de femmes d’Hollywood pour venir en aide aux victimes de harcèlement sexuel. « Ca sonne bien. »

« C’est fini »

Lady Gaga portait ainsi des boutons de rose à l’épaule droite et une étiquette Time’s Up, le tout fiché sur un ensemble de dentelles noires d’Armani. Sans parler d’une bague en diamant rose qui alimentait les spéculations de certains médias sur de possibles fiançailles avec son petit ami Christian Carino.

Lors de son passage sur scène, la star a rendu hommage à Time’s Up, contre le harcèlement sexuel et pour l’égalité entre hommes et femmes, avant que la chanteuse et actrice Janelle Monae y revienne lors d’un vibrant monologue.

« Pour ceux qui voudraient essayer de nous faire taire, nous avons deux mots : « c’est fini ». Fini les inégalités de rémunérations, la discrimination, le harcèlement sous toutes ses formes, et les abus de pouvoir », a déclaré la chanteuse en présentant une prestation de la Kesha qui, avec sa chanson Praying, a rappelé sa bataille contre un producteur qu’elle accuse de l’avoir violée.

« Espoir et paix, compréhension et résistance »

La compositrice de chansons Diane Warren s’est, elle, présentée sur le tapis rouge en gants blancs, avec sur chacun d’eux un mot souligné de rouge : « Femme » d’un côté, « Pouvoir » de l’autre.

>> A lire aussi : Une comédie musicale de Woody Allen, accusé d'abus sexuels, est annulée

Les hommes n’étaient pas en reste. Beaucoup, dont Khalid, Sting ou le présentateur de la cérémonie James Corden, portaient des roses à la boutonnière, rehaussant des vestes allant du jaune moutarde au rose en passant par le rouge pourpre. « J’espère qu’on va continuer à se battre pour l’égalité pour absolument tout le monde », a déclaré le chanteur britannique de soul Sam Smith, qui devait lui aussi chanter lors de la cérémonie.