Après la polémique, Françoise Nyssen retire la référence à Maurras du livre des commémorations nationales

PROTESTATIONS Des associations et des personnalités avaient manifesté leur incompréhension ces derniers jours…

D.B. avec AFP

— 

La ministre de la Culture, Françoise Nyssen, le  23 janvier 2018.  / AFP PHOTO / Eric FEFERBERG

La ministre de la Culture, Françoise Nyssen, le 23 janvier 2018. / AFP PHOTO / Eric FEFERBERG — AFP

Les protestations auront donc servi. Le ministère de la Culture va retirer la référence à l’écrivain d’extrême droite Charles Maurras dans le livre des commémorations nationales 2018 à la suite  des protestations d'associations antiracistes, a annoncé la ministre Françoise Nyssen dimanche dans un communiqué.

Pour « lever l’ambiguïté » sur « des malentendus qui sont de nature à diviser la société française », la ministre a demandé le rappel du Livre des Commémorations nationales 2018 et sa réimpression « après retrait de la référence à Maurras », indique-t-elle dans un communiqué.

Il y avait déjà une polémique en 2011 avec Céline

Le « Monsieur antiracisme » du gouvernement, Frédéric Potier, avait demandé samedi le retrait de Charles Maurras de ce recueil, rejoint par SOS Racisme et la Ligue internationale de lutte contre le racisme et l’antisémitisme (Licra).

Après Céline en 2011, c’est la deuxième fois ces dernières années que le ministère, alors dirigé par Frédéric Mitterrand, retire un auteur de ce recueil après une polémique. La ministre a également indiqué qu’elle recevrait « très prochainement » les membres du Haut-comité qui a rédigé le recueil « afin de questionner, ensemble, la pertinence de cette démarche mémorielle conduite au nom de l’Etat par des experts ».

Présidé par l’Académicienne Danièle Sallenave, ce comité est composé entre autres des historiens Pascal Ory, Jean-Noël Jeanneney et Claude Gauvard. « Le travail et l’expertise des membres du Haut-comité ne sont évidemment pas en cause », affirme la ministre dans son communiqué.

Des réactions soulagées

La décision de la ministre a tout de suite été saluée par les associations qui étaient montées au créneau.