Le duo Madame Monsieur a remporté Destination Eurovision 2018.
Le duo Madame Monsieur a remporté Destination Eurovision 2018. — GILLES SCARELLA

MUSIQUE

Eurovision: «Notre chanson n'est pas politique», affirme le duo Madame Monsieur qui représentera la France

Emilie Satt et Jean-Karl Lukas, qui forment le duo Madame Monsieur, ont répondu aux médias samedi, à l’issue de la finale de l’émission de France 2 qu’ils ont remportée…

Troisième du classement à l’issue des votes des jurés internationaux, le duo Madame Monsieur a fait une remontée spectaculaire, samedi, en finale de Destination Eurovision. II est arrivé en tête des suffrages téléspectateurs de France 2, avec 28.10 % des voix (contre 21.19 % pour Malo' et 17.14 % pour Lisandro) ce qui lui a permis d’engranger 118 points et de s’imposer dans un ultime retournement de situation. C’est donc un couple qui défendra les chances tricolores le 12 mai en finale de l’ Eurovision à Lisbonne (Portugal) avec sa chanson Mercy.

Quelques minutes après la fin du direct, lorsque Emilie Satt et Jean-Karl Lukas arrivent en coulisses pour la conférence de presse, ils sont encore sous le coup de l’émotion. « On ne réalise pas vraiment ce qu’il s’est passé avec ce basculement au dernier moment, mais ça nous remplit de fierté », glisse la chanteuse. « C’est le public français qui nous a fait gagner. Il y avait des candidats avec beaucoup de moyens, des grosses maisons de disques », fait remarquer son partenaire comme s’il s’agissait d’un combat à la David contre Goliath.

« On a une responsabilité, car cette chanson ne raconte pas n’importe quoi. »

Le duo, qui a remporté samedi dernier sa demi-finale et dont le morceau a réalisé la huitième meilleure vente de la semaine, était pourtant en position de favori. « On a vu tout ce qu’il s’est passé après l’émission, tout l’amour qu’on a reçu, les milliers de messages, reconnaît Jean-Karl. Mais on ne voulait pas décevoir. Et on a une responsabilité, car cette chanson ne raconte pas n’importe quoi. »

Mercy est inspirée de l’histoire vraie du bébé du même nom qui est né en mars dernier sur L’Aquarius, un bateau humanitaire venant au secours des migrants en Méditerranée. Un journaliste de Nice-Matin était à bord et a relayé l’heureux événement. Une publication qui a immédiatement inspiré les deux artistes.

« En septembre, on nous a contactés pour savoir si on voulait participer à Destination Eurovision. On n’avait jamais songé à l’Eurovision. Et puis on s’est dit que cette chanson pouvait faire du bien en ce moment où les gens sont crispés », affirme Emilie.

« Si "L’Aziza" est une chanson engagée, alors on est des artistes engagés »

Quand un journaliste leur fait remarquer que le sujet des réfugiés pourrait diviser lors du concours, la jeune femme réplique spontanément : « C’est un sujet clivant en Europe, comme en France. Après la demi-finale, on pensait avoir des retours négatifs, il y en a eu mais le pourcentage de messages bienveillants est colossal. »

« Notre chanson n’est pas politique, insiste son partenaire. On ne donne aucune solution. Les bénévoles de SOS Méditerranée vous expliqueraient qu’ils ne font pas de politique - ils sont de sensibilités variées - mais qu’ils se disent avant tout : "on ne peut pas laisser mourir les gens". Notre chanson ne parle de rien d’autre que d’un bébé qui vient au monde sain et sauf. »

Pensent-ils être des musiciens engagés ? « Si L’Aziza est une chanson engagée, si Babacar est une chanson engagée, alors on est des artistes engagés », répond Emilie en référence aux tubes de Daniel Balavoine et France Gall.

En tout cas, les Madame Monsieur sont prêts à s’engager dans une course d’endurance qui s’achèvera dans une centaine de jours sur la scène de l’Eurovision à Lisbonne. Une chose est sûre, ils veulent poursuivre dans la sobriété : « On est sereins, on n’a jamais triché ni essayé de se faire passer pour ce qu’on n’est pas. »