A Sundance, Robert Pattinson se fait voler la vedette par un cheval miniature

CINEMA En revanche, dans le western barré «Damsel», il confirme face à Mia Wasikowska qu'il a bien coupé le cordon avec «Twilight»...

Philippe Berry, à Park City

— 

Le cheval miniature Daisy lors de la première du western «Damsel», à Sundance, le 23 janvier 2018.
Le cheval miniature Daisy lors de la première du western «Damsel», à Sundance, le 23 janvier 2018. — Danny Moloshok/AP/SIPA;

Ah, Sundance. Ses films indépendants, ses stars en snow boots et, pour la première mondiale de Damsel, son cheval miniature, qui a volé la vedette à Robert Pattinson et Mia Wasikowska sur le tapis rouge, mardi. Daisy n'était pas très bavarde, mais elle a séduit tout le monde par sa personnalité mystérieuse.

Dans Damsel, le western absurde des frères Zellner (sans date de sortie ni trailer), Daisy incarne Butterscotch, un cheval miniature que Robert Pattinson veut offrir à sa fiancée Mia Wasikowska, qu'il rejoint au Far West. Ne vous fiez pas à ce pitch classique: Damsel ressemble plus à un film des frères Cohen qu'à un western de Sergio Leone.

Un western décalé et féministe

«Nous sommes des fans de western mais nous voulions faire exploser les codes du genre», ont expliqué les réalisateurs après la projection. Mission réussie. Sous le vernis des paysages magnifiques de l'Utah, les frères Zellner, qui avaient déjà montré leur potentiel avec Kumiko, the Treasure Hunter, plantent une galerie de personnages caricaturaux pour mieux les dynamiter par la suite –au sens propre.

Robert Pattinson et Mia Wasikowska dans le western «Damesel».
Robert Pattinson et Mia Wasikowska dans le western «Damesel». - SUNDANCE INSTITUTE

Sans trop en révéler, le personnage incarné par Mia Wasikowska est loin d'être une «demoiselle en détresse». Et il n'y avait plus vraiment de doutes après Cosmopolis et Good Time, Robert Pattinson confirme avec sa performance déjantée qu'il est bien plus que le vampire aux yeux scintillants de Twilight. La bonne surprise de Sundance.