Le maintien de Mathieu Gallet à la tête de Radio France «n’est pas acceptable», pour la ministre de la Culture

JUSTICE Le PDG de Radio France, Mathieu Gallet, qui a présidé l’INA entre 2010 et 2014, a été condamné à un an de prison avec sursis pour « favoritisme »…

L.B. avec AFP

— 

Le PDG de Radio France, Mathieu Gallet, le 8 avril 2015 au siège du groupe, à Paris
Le PDG de Radio France, Mathieu Gallet, le 8 avril 2015 au siège du groupe, à Paris — THOMAS SAMSON AFP

Le gouvernement durcit le ton. Dans une interview au Monde ce mardi, la ministre de la culture Françoise Nyssen a déclaré : « Les dirigeants d’entreprises publiques ont un devoir d’exemplarité. Un dirigeant d’entreprise publique condamné pour favoritisme, ce n’est pas une situation acceptable. » Et de reprendre : « Il appartient à l’intéressé d’en tirer les conséquences, ainsi qu’au Conseil supérieur de l’audiovisuel, légalement compétent. »

Un an de prison avec sursis pour « favoritisme »

Le PDG de Radio France Mathieu Gallet a été condamné​ la veille par le tribunal correctionnel de Créteil à un an de prison avec sursis pour « favoritisme » pendant son mandat à la tête de l’Institut national de l’audiovisuel (INA).

Mathieu Gallet, qui a présidé l’INA entre 2010 et 2014, a également écopé d’une amende de 20.000 euros. Le tribunal s’est montré plus clément que le parquet qui réclamait 18 mois de prison avec sursis et 40.000 euros d’amende. Il a réaffirmé son innocence par la voix de ses avocats. « Evidemment, M. Gallet ne démissionnera pas de Radio France », avaient indiqué ses conseils, Christophe Ingrain et Rémi Lorrain après avoir annoncé qu’il comptait aller au terme de son mandat, en mai 2019, même en cas de condamnation.