Lyon: Un euro pour restaurer un sarcophage égyptien

PATRIMOINE Le musée des Beaux-Arts de Lyon lance une opération de financement participatif, destinée aux visiteurs...

Caroline Girardon

— 

Le musée des Beaux-arts de Lyon lance une opération de financement participatif auprès des visiteurs, pour restaurer l'extérieur du cercueil d'Isetenkheb.
Le musée des Beaux-arts de Lyon lance une opération de financement participatif auprès des visiteurs, pour restaurer l'extérieur du cercueil d'Isetenkheb. — C. Girardon/ 20 Minutes
  • Afin de restaurer l’extérieur du sarcophage d’Isetenkheb, l’une de ses pièces maîtresses, le musée des Beaux-Arts de Lyon lance une opération de financement, destinée au grand public.
  • Les visiteurs, qui le désirent, devront s’acquitter d’un euro supplémentaire au moment d’acheter leur billet d’entrée.
  • L’objectif est de réunir près de 10.500 euros en l’espace de trois mois.

L'épaisse couche de poussière qui s’est constituée au fil des siècles et qui s’est incrustée dans le bois, ne permet plus d’admirer les dessins tracés sur le revêtement extérieur, ni les lignes de hiéroglyphes.

Le musée des Beaux-Arts de Lyon  a donc décidé de restaurer le cercueil d’Isetenkheb, l’une de ses pièces maîtresses, exposée depuis 1969 dans le département des antiquités, dont les visiteurs peuvent voir uniquement l’intérieur de la cuve et du couvercle. Une opération de financement, destinée au grand public, sera lancée dès le 1er février.

10.450 euros à réunir

« Il sera demandé aux visiteurs qui le désirent de faire un don d’un euro supplémentaire au moment d’acheter leur billet d’entrée », explique Geneviève Galliano, conservatrice en chef en charge du département des antiquités.

L’objectif est de réunir en trois mois 10.450 euros. « Nous ne souhaitions pas lancer une énième souscription auprès des mécènes qui sont régulièrement sollicités. Cette fois, nous voulions symboliquement que le public soit associé et s’approprie de cette manière les collections », ajoute la conservatrice, précisant que la somme visée correspondrait aux dons d’un visiteur sur neuf.

>> A lire aussi : Le musée d'Aquitaine lance un appel aux dons pour restaurer la sculpture de Montaigne

Restauration en direct

Les visiteurs pourront suivre les différentes étapes de la rénovation en temps réel, puisque la restauratrice, en charge de cette tâche, devrait délocaliser ses ateliers dans l’une de salles du musée. Le cercueil, découvert près de Thèbes, devrait retrouver son lustre d’antan à l’approche de l’été. De quoi impressionner davantage les curieux.

>> A lire aussi : Lyon: Le public sollicité pour aider le musée des beaux-arts à acheter un tableau

« Ce sarcophage, d’une qualité remarquable, montre qu’il a été réalisé pour préserver l’intégrité du corps de la défunte et pour l’entraîner vers une nouvelle vie », décrit Geneviève Galliano. En témoignent les figures de Nout et d’Osiris, placées à l’intérieur du cercueil. « La première, qui brandit un soleil, lui assure la régénérescence et la présence du second est essentielle pour l’aider à triompher des multiples embûches dressées sur son cheminement vers le royaume des morts ».