Golden Globes 2018: «The Handmaid's Tale», «Big Little Lies» et «The Marvelous Mrs. Maisel»... Le palmarès séries célèbre le «Girl Power»

TELEVISION Ces trois séries, qui ont dominé la cérémonie, dimanche, ont toutes des femmes dans le rôle principal...

Philippe Berry

— 

Reese Witherspoon, co-productrice de la série «Big Little Lies», lors des Golden Globes, le 7 janvier 2017.
Reese Witherspoon, co-productrice de la série «Big Little Lies», lors des Golden Globes, le 7 janvier 2017. — Paul Drinkwater/AP/SIPA

2018, année de la femme à Hollywood. Toutes les actrices sont venues aux Golden Globes vêtues de noir, dimanche, pour dénoncer les violences sexuelles après l’affaire Harvey Weinstein. Et le palmarès côté séries télé était parfaitement au diapason.

>> A lire aussi : Les stars en noir sur le tapis rouge

Big Littles Lies, le club des cinq

La série de HBO a marqué la soirée. Non seulement elle repart avec le trophée de la meilleure mini-série, mais Nicole Kidman (meilleure actrice dans une mini-série), Laura Dern (meilleur second rôle féminin) et Alexander Skarsgard (meilleur second rôle masculin) ont également été distingués.

Sur scène, Nicole Kidman a dédié sa victoire à ses quatre partenaires, Reese Witherspoon, Shailene Woodley, Laure Dern et Zoë Kravitz, unies face à la violence du personnage incarné par Alexander Skarsgard. « Wow, le pouvoir des femmes. Le personne que je joue représente quelque chose de central dans la conversation actuelle : la violence conjugale. Poursuivons la conversation », a lancé Nicole Kidman.

« Je voudrais remercier tous ceux qui ont brisé la loi du silence l’année dernière, qui ont osé parler d’abus, d’harcèlement. Vous êtes si courageux ! (…) Time’s up [l’heure a sonné], nous vous entendons et nous vous voyon », a ajouté Reese Witherspoon.

The Handmaid’s Tale, la dystopie qui sonne un peu trop vraie

Des femmes esclaves réduites au rôle de poules pondeuses ? Certes, on n’en est pas là. Mais l’adaptation du livre de Margaret Atwood, sacrée meilleure série dramatique, résonne particulièrement dans l’Amérique de Donald Trump, alors que l’alt-right et les trolls antiféministes ont déclaré la guerre aux femmes.

Elisabeth Moss (meilleure actrice dans une série dramatique) a dédié sa victoire à Margaret Atwood, qui « a eu le courage de s’élever contre l’intolérance et les injustices ». Certains ont accusé l’actrice, membre de l’Eglise de Scientologie, de faire preuve d’hypocrisie.

La bonne surprise Mrs Maisel

C’est le rayon de soleil qui a illuminé une rentrée télé très sombre. The Marvelous Mrs Maisel, un croisement assez improbable entre Gilmore Girls et Mad Men, a remporté le Golden Globe de la meilleure série comique. Sacrée meilleure actrice, Rachel Brosnahan, qui incarne une femme au foyer qui se lance dans le stand-up, a perdu le fil de son discours de remerciement après avoir vu Oprah dans la foule. Sans doute car le maître de cérémonie Seth Meyer venait de lancer en plaisantant : « Oprah présidente ! ».