«Ma main dans ta gueule»: «Charlie Hebdo» soutient Tex après sa blague sur les femmes battues

MEDIAS Dans son éditorial du « Charlie Hebdo » de ce mercredi, Riss, le rédacteur en chef de l’hebdo prend parti pour l’humoriste évincé de France 2…

F.R.

— 

Tex sur le plateau des «Z'amours».
Tex sur le plateau des «Z'amours». — BARBEREAU Bernard / FTV

« Fini de rigoler, fini le second degré, fini l’humour noir », écrit Riss dans l’éditorial du nouveau Charlie Hebdo à paraître ce mercredi. Sous l’intitulé « MMTG » - pour « Ma main dans ta gueule » - le rédacteur en chef du journal satirique, soutient l’humoriste Tex qui, invité fin novembre dans C’est que de la télé sur C8, avait plaisanté : « Vous savez ce qu’on dit à une femme qui a déjà les deux yeux au beurre noir ? (…) On ne lui dit rien, on vient déjà de lui expliquer deux fois. »

La séquence avait provoqué instantanément un tollé. La secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, avait également réagi en annonçant avoir saisi le CSA pour cette blague « indigne ».

Quelques jours plus tard, France 2 annonçait l’éviction de Tex de la présentation des Z’amours, en soulignant que la chaîne et le service public étaient « clairement engagés à défendre la cause des femmes et à ne pas accepter que des propos insultants et déplacés soient prononcés par ses animateurs ».

« Le féminisme a bon dos », répond Riss dans les pages de Charlie Hebdo. « Cette explication est inacceptable, car c’est toujours par ce procédé qu’on censure et qu’on interdit ».

« Une France de lâches et de délateurs »

« Qu’importe que les blagues soient drôles ou pas, qu’elles aient de l’esprit ou pas, qu’elles soient fines ou grossières. ce qui compte, c’est de s’approprier une liberté et d’en faire usage : je ris, donc j’existe », poursuit le rédacteur en chef de l’hebdomadaire.

Dans « une France de corbeaux, de lâches et de délateurs, qui croient défendre le bien, mais ne défendent que leur servilité (…) on s’adresse aux citoyens comme s’ils étaient des gosses. On leur fait les gros yeux quand ils disent des gros mots », s’agace Riss. Et de conclure : « Une claque dans la gueule de temps en temps remettrait en place les idées à ceux qui veulent contrôler les nôtres ».

Si Tex a reçu ces derniers jours, les soutiens d’humoristes tels que Stéphane Guillon ou Anne Roumanoff, à l’inverse, d’autres voix se sont élevées pour expliquer en quoi la blague de l’humoriste est problématique.

« Une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint »

La journaliste Nadia Daam a par exemple ironisé lundi sur Europe 1 : « Tous s’indignent de la censure et s’inquiètent du spectre d’un Etat totalitaire. C’est vrai que c’est l’exacte définition de la dictature d’après l’ONU : un pays où les blagues sur les violences conjugales passent moyennement bien. La Corée du Nord, à côté, c’est le Parc Astérix. »

Et de poursuivre sa chronique : « Ils invoquent ce fameux "point Desproges" [qui suppose que Pierre Desproges ne pourrait pas jouer aujourd’hui les sketches qu’il faisait à l’époque] (…) pour dénoncer une police de la pensée, oubliant au passage que Desproges, Le Luron ou Coluche caricaturaient les racistes et les misogynes à dessein, pour montrer leur bêtise et leur dangerosité. Ce n’est pas pareil. » Et de conclure, cinglante : « En France, une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint. C’est hilarant, n’est-ce pas ? »