«Un Etat qui continue de violer des centaines de résolutions onusiennes»

SALON DU LIVRE Interview de l'écrivaine américaine d'origine palestinienne Sausan Abulhawa...

Propos recueillis par Pauline Mouhanna

— 

Certains Etats arabes ont décidé de boycotter le Salon du livre de Paris dont Israël est l'invité d'honneur. Sausan Abulhawa, Américaine d’origine palestinienne, avait maintenu sa participation, avant de finalement renoncer en début de semaine.
 
Vous avez finalement décidé de boycotter le Salon du livre, à l’instar de certains pays arabes. Pourquoi?


Je regrette le fait que ce Salon soit, de mon point de vue, dédié à un Etat qui vise la destruction de toute nation qui n’est pas juive. Et je ne peux accepter le fait qu’on puisse célébrer la création d’un Etat qui continue de violer des centaines de résolutions onusiennes.
 
Pourtant, vous étiez censée signer votre livre à Paris, Les matins de Jénine (Ed. Buchet-Chastel)...

Oui et je maintiens ma venue, à Paris,  le 15 mars pour signer mon livre dans la librairie Shakespeare. Je participerai aussi aux manifestations qui se tiendront pour protester contre l’invité d’honneur du Salon cette année.
 
Votre dernier livre mélange politique et littérature, quel message tentez-vous à transmettre à votre lecteur?


Le message principal est que toute nation doit avoir accès aux mêmes droits humains. Je raconte aussi l’histoire de mon peuple, le peuple palestinien, qui a connu la souffrance, l’amour et la tragédie. J’insiste surtout sur le fait que nos familles tiennent à leur terre, à leurs traditions et que cela ne changera jamais.