Larcenet signe l'armistice de son Combat

Alice Antheaume - ©2008 20 minutes

— 

Cinq ans après la sortie du premier tome du « Combat ordinaire », Manu Larcenet livre le quatrième et dernier opus de cette série, Planter des clous (éd. Dargaud). Voici la der des aventures de Marco, un photographe exilé à la campagne qui a du mal à rester calme avec sa fille et qui suit, sur fond d'élection présidentielle, une grève lors de la fermeture d'un chantier. « Con­tinuer serait la solution de facilité, pour plaire aux gens, explique le dessinateur. Ce n'est pas une bonne raison. »

Si Larcenet a sonné le glas de la série, c'est aussi parce qu'il en a marre de dessiner des gentils gars, comme Marco. « Il est un peu bêta parfois, mais il s'en sort. Maintenant, je veux explorer des personnages qui ne s'en tirent pas. » Ainsi, le futur héros de Manu Larcenet sera un « mec qui perdra tout, job, famille, et prendra la route » dans un prochain livre en noir et blanc, Blast, où « il y aura des cases entières de silence et de la place, comme dans un manga, promet le dessinateur. Je veux que les lecteurs puissent flâner dans les pages, pas comme dans « Le combat ordinaire », où je bourrais douze cases par page. » Pour Manu Larcenet, le plus dur n'est pas de tourner la page mais de faire voir son travail et de découvrir les critiques. « Je me cache dans mon atelier, personne ne sait ce que je fais, confie-t-il. Montrer un album, c'est comme montrer son cul, c'est très intime. Même ma femme ne découvre mes BD qu'une fois imprimées. »

20Minutes.fr

A lire : l'interview intégrale