VIDEO. Hommage à Johnny: Line Renaud, Bruel, Labro... Retour sur les phrases les plus fortes de la cérémonie

VERBATIM Parmi les interventions de célébrités à la cérémonie d’hommage à Johnny Hallyday, ce samedi, certaines ont été particulièrement chargées en émotion…

F.R.

— 

Line Renaud, Muriel Robin et Claude Lelouch à la cérémonie en l'honneur de Johnny Hallyday, à l'église de la Madeleine, le 9 décembre 2017.
Line Renaud, Muriel Robin et Claude Lelouch à la cérémonie en l'honneur de Johnny Hallyday, à l'église de la Madeleine, le 9 décembre 2017. — ludovic MARIN / POOL / AFP

Ce samedi, un grand nombre de personnalités ont assisté à la cérémonie d’hommage à Johnny Hallyday, à l’église de la Madeleine, à Paris. Une poignée d’entre elles, parmi les plus proches, est intervenue lors de l’office. Voici cinq des témoignages d’amitié les plus marquants.

  • Philippe Labro : « Il a levé les yeux au ciel et il s’en est allé »

« Laeti­cia m’a confié : « Quand il est tombé au sol dans le bureau transformé en chambre d’hôpital, il a levé les yeux au ciel. Et puis il s’en est allé. Voilà, il n’est plus là. Il est parti et une immense partie de notre histoire à nous tous et toutes, ici et ailleurs, est partie avec lui. » Si Philippe Labro a fait grincer quelques dents lorsqu’il a dit que Johnny avait été « père par deux fois », l’écrivain et parolier a aussi créé l’émotion en racontant les derniers instants du chanteur. « On pense à la phrase finale d’un film de Robert Bres­son [Pickpocket, en l’occurrence] que Johnny Hally­day aurait pu prononcer : "Quel drôle de chemin il m’a fallu prendre pour parvenir jusqu’à toi." »

  • Daniel Rondeau : « C'est le même cœur qui bat pour lui»

« Dans les friches de la France abandonnée comme dans les donjons de l’establishement c’est le même cœur qui bat pour lui. » Avec cette formule, le journaliste et auteur Daniel Rondeau a traduit la capacité de Johnny a transcender les classes sociales, tout comme il a traversé les générations.

  • Jean Reno cite Prévert : « Ne prenez pas le deuil »

« Mais ne prenez pas le deuil / C’est moi qui vous le dis / Ça noircit le blanc de l’œil / Et puis ça enlaidit / Les histoires de cercueils / C’est triste et pas joli / Reprenez vos couleurs / Les couleurs de la vie » Jean Reno a rendu hommage à son ami en empruntant les mots de Jacques Prévert. En l’occurrence, la Chanson des escargots qui vont à l’enterrement. Un texte que l’acteur a dit avoir sélectionné avec Jade et Joy, les filles adoptives de Johnny Hallyday.

  • Line Renaud, bouleversante

« Je ne peux pas croire ça… Etre dans cette situation… Le destin en a voulu autrement, mais le contraire eut été plus logique. » Par cette formule bouleversante, Line Renaud a laissé entendre que la « logique » aurait voulu qu’elle décède avant Johnny Hallyday. Celle qui a été la marraine artistique du rockeur – c’est elle qui l’a présenté lorsqu’il a fait sa première télé, en 1959 – a particulièrement marqué les esprits.

  • Patrick Bruel : «Je n'arrive pas à imaginer qu'il n'y aura plus de Johnny »

« C’est donc vrai, mais c’est irréel. Tout laissait à penser que tu étais immortel. C’est con, je sais, mais j’y ai cru jusqu’à hier soir. Je n’arrive pas à imaginer qu’il n’y aura plus de Johnny. » Patrick Bruel a lu le texte qu’il a écrit après avoir appris la mort de Johnny Hallyday. L’interprète de Casser la voix se trouvait alors à Los Angeles. « [C’est] comme si on avait enlevé la tour Eiffel dans la nuit. Sauf que tu me manqueras plus cruellement que la vieille Tour ne le ferait », a-t-il ajouté, ému.