Jay Asher, auteur de «13 Reasons Why»: «Dans la saison 2, Hannah a encore un grand rôle à jouer»

INTERVIEW Nous avons rencontré l’auteur du best-seller « 13 Reasons Why » pour la sortie de son nouveau livre « What Light »…

Propos recueillis par Laure Beaudonnet

— 

La couverture de 13 reasons why écrit par Jay Asher
La couverture de 13 reasons why écrit par Jay Asher — Albin Michel
  • L'auteur de 13 Reasons Why était à Paris à l'occasion de la sortie en France de son nouveau livre What Light (Michel Lafon).
  • 13 Reasons Why a été adapté par Netflix, la deuxième saison doit être diffusée au printemps.
  • What Light est une romance qui se déroule pendant les fêtes de Noël. 

De passage à Paris à l’occasion du Salon du livre et de la presse jeunesse à Montreuil, la semaine dernière, Jay Asher, l’auteur du best-seller 13 Reasons Why (ou 13 raisons), nous a accordé un peu de son temps avant de s’envoler pour les Etats-Unis. Nous avons retrouvé ce grand romantique lundi matin rue Cassette dans un charmant hôtel du 6e arrondissement. Nous en avons profité pour discuter de son tout dernier livre  What Light, paru en octobre dernier aux éditions Michel Lafon, et de la saison 2 de 13 Reasons Why autour d’un café allongé. Interview pas prise de tête avec une figure de la littérature jeunesse.

Jay Asher, l'auteur de What Light et 13 reasons Why
Jay Asher, l'auteur de What Light et 13 reasons Why - MICHEL LAFON

A la lecture de What Light, on est surpris par l’optimisme et la légèreté du ton. En aviez-vous marre d’écrire sur des sujets difficiles comme 13 Reasons Why ?

J’ai eu l’idée bien avant d’écrire 13 Reasons Why, j’ai attendu 13 ans avant de me lancer dans l’écriture de What Light. A l’origine, c’était une simple histoire d’amour qui se passait pendant les fêtes de Noël. Pendant toutes ces années, je revenais à What Light sans mettre le doigt sur ce qui manquait et quand j’ai écrit 13 Reasons Why, j’ai rencontré de nombreux élèves. L’idée du pardon et la manière dont on se traite les uns les autres revenaient en permanence dans les discussions. J’ai compris que What Light devait être une histoire d’amour et de pardon pendant les fêtes de Noël. Dans un sens, en l’écrivant, c’est devenu l’opposé de 13 Reasons Why.

>> A lire aussi : «13 Reasons Why», la série à succès qui libère la parole des ados sur le suicide et le harcèlement

Comment l’histoire vous est-elle venue ?

J’ai lu un article dans la presse sur une famille qui avait cette vie. Pendant les fêtes, elle vivait dans une ferme de sapins de Noël et le reste de l’année, elle vivait dans une autre partie du pays pendant que les arbres poussaient. J’ai trouvé cette histoire intéressante surtout pour un livre sur les adolescents : deux vies et deux groupes d’amis différents.

Avez-vous rencontré cette famille avant d’écrire What Light ?

J’ai travaillé sur cette histoire pendant longtemps avant de les rencontrer. Je suis allé dans leur ferme et je suis allé voir d’autres fermes de sapins de Noël, juste pour discuter. J’ai beaucoup appris sur la manière dont ces entreprises fonctionnent, mais je n’avais pas encore l’histoire en tête. C’est une fois que j’ai précisé le personnage de Caleb que le livre a pris sens.

>> A lire aussi : «13 Reasons Why», «Sweet Vicious», «Riverdale»: Pourquoi les «teens dramas» sont devenus si graves?

Selon vous, Sierra, le personnage principal de « What Light », et Hannah Baker, de 13 Reasons Why, ont-elles des choses en commun ?

Pas grand-chose, je dirais. Sierra est plus proche du personnage de Clay. Il est en retrait la plupart du temps. Si ça ne le concerne pas, il laisse les choses se faire sans intervenir. De son côté, Sierra aurait pu rester à l’écart de Caleb comme ses parents auraient aimé et comme ses amies lui ont conseillé. Mais elle a décidé de croire en lui et de se battre pour lui. Elle est comme Clay, mais plus forte.

Pourquoi choisissez-vous d’écrire pour les adolescents ? Qu’est-ce qui vous plaît ?

Avant 13 Reasons Why, mon premier livre qui s’est vendu, j’écrivais pour les très jeunes enfants. J’ai eu l’idée d’une histoire qui concernait les adolescents donc je l’ai écrite. C’est en fonction de l’histoire, pas du public. Quand j’ai commencé à écrire, je m’apprêtais à entrer à l’université pour devenir instituteur pour les jeunes enfants, ça m’a inspiré. J’adorais lire quand j’étais enfant et, pour moi, il était important de transmettre la même joie que j’ai ressentie à l’époque.

>> A lire aussi : «Rencontrer Selena Gomez était ridiculement cool»

13 Reasons Why est très moderne, vous parlez de harcèlement à l’école, comment êtes-vous parvenu à décrire des situations dans lesquelles tous les adolescents se reconnaissent ?

Les situations peuvent sembler différentes, les technologies sont différentes, mais ce qu’on ressent quand on est victime de harcèlement ne change pas. On me demande souvent comment j’arrive à prendre le point de vue d’une fille, c’est pareil. On ressent les choses de la même manière que l’on soit homme ou femme. Le monde nous apprend à réagir différemment mais l’expérience n’est pas aussi différente qu’on voudrait nous le faire croire.

Vouliez-vous confronter vos lecteurs, les jeunes, à la mort en écrivant 13 Reasons Why ? On a tendance à vouloir oublier qu’Hannah s’est suicidée, on s’attache à elle, est-ce fait exprès ?

Ce n’était pas conscient. Je savais que certains se diraient : « Hannah ne peut pas être morte ». Je savais que sa mort rendrait l’expérience de lecture intéressante mais je n’y ai pas plus pensé que ça. Mon boulot était d’écrire l’histoire. Si vous pensez trop à ce que va ressentir le lecteur, ça ruine le processus d’écriture. D’autres personnes vont lire le même livre différemment, en fonction de leur propre expérience. Certains n’aiment pas Hannah, la trouvent excessive, d’autres sont tristes qu’elle se soit suicidée.

Avez-vous connu quelqu’un qui s’est suicidé dans votre vie ?

Depuis que le livre est paru, oui. Au départ, il s’inspirait d’une proche qui avait tenté de se suicider, elle avait le même âge qu’Hannah. Elle avait beaucoup de problèmes mais elle n’en parlait à personne, elle ne trouvait personne vers qui se tourner. Elle a tout gardé et quand vous n’exprimez rien, ça finit par s’exprimer d’une manière ou d’une autre. Et parfois, ça sort de façon autodestructrice. Aujourd’hui, elle va mieux parce qu’elle a fini par en parler.

Est-ce plus difficile d’écrire une histoire optimiste comme What Light ou, au contraire, d’écrire un drame ?

C’est clairement plus amusant d’écrire une histoire optimiste, tout comme c’est plus amusant de la lire. Selon moi, on apprend autant avec un livre léger. Mais c’est plus difficile à écrire, vous devez faire jaillir le drame pour rendre l’intrigue intéressante.

Et la saison 2 de 13 Reasons Why, quand va-t-elle être diffusée sur Netflix ?

Elle devrait sortir au printemps et je crois qu’il reste seulement une semaine de tournage. Je n’ai pas eu grand-chose à voir avec la saison 2 parce que je ne le souhaitais pas. On m’a proposé mais je finissais mon dernier roman et je travaillais sur What Light, je ne voulais pas mettre tout cela de côté. J’ai adoré la saison 1 et les gens qui ont travaillé dessus. Je me suis senti à l’aise de dire : « Vous savez quoi, travaillez dessus et moi sur mes projets ».

Quelle place a Hannah dans la saison 2 ?

La saison 1 s’intéressait à ce qu’Hannah a vécu, la saison 2 se concentre sur les conséquences de ces révélations, ce qui arrive aux autres personnages. Mais Hannah a un grand rôle à jouer, comme dans la saison 1, il y aura de nombreux flash back, des scènes à propos d’elle. L’histoire se concentrera plutôt sur les autres personnages, comme Bryce. Maintenant que les gens savent ce qu’il a fait (il a violé Hannah et Jessica), quelles seront les conséquences pour lui, comment les autres vont réagir ?

Justement, en parlant de viol, la saison 2 devrait avoir un écho particulier avec l’affaire Weinstein et les révélations d’agressions sexuelles et de viol aux Etats-Unis, ne croyez-vous pas ?

C’est intéressant car le livre est sorti il y a dix ans et chaque année, les gens trouvent une manière de le connecter à la réalité. Les révélations de  l’affaire Weinstein, ces choses décrites par les femmes se produisaient pendant tout ce temps, donc le livre a toujours eu un caractère contemporain, mais le propos est différent désormais. La saison 2 va certainement faire partie de cette conversation sur le viol.