«Tueurs»: Damso, Caballero & JeanJass, Roméo Elvis... Quand la scène rap belge s'attaque à la musique d'un thriller

MUSIQUE Une douzaine de noms belges ont posé leur « flow » sur cet album inspiré du film éponyme, en salles ce mercredi…

Clio Weickert

— 

Coely, Roméo Elvis, Damso, Zwangere Guy ou encore Caballero et JeanJass signent la bande originale du film «Tueurs»
Coely, Roméo Elvis, Damso, Zwangere Guy ou encore Caballero et JeanJass signent la bande originale du film «Tueurs» — Guillaume Kayacan / En Douceur
  • Le film « Tueurs », réalisé par François Troukens et Jean-François Hensgens, sort en salles ce mercredi.
  • En parallèle, une belle brochette de ra​ppeurs belges a réalisé un album qui s’inspire de ce thriller.

De notre envoyée spéciale à Bruxelles,

Le plat pays débarque avec la grosse artillerie. Ce mercredi, alors que sort le film Tueurs, inspiré d’un fait divers belge, un autre projet parallèle made in Belgique pourrait bien faire parler de lui, musical celui-ci. Il s’agit d’un album (sorti le 1er décembre), au titre éponyme, inspiré du projet ciné (et non sa bande originale), et dont l’un des titres, Tueurs, de Damso, accompagne le générique de fin.

A ses côtés ? Roméo Elvis, Coely, Hamza, Caballero & JeanJass, Zwangere Guy…. Une douzaine d’artistes au total, soit la fine fleur du florissant rap belge. « On cherchait un fil conducteur pour ramener tout le monde, et là ça l’a été. C’était pertinent de le faire parce que nos artistes faisaient du bruit, s’associer avec un film belge qui allait en faire, c’était une bonne énergie », explique Max Meli, tourneur, manager et producteur de cette bande originale parallèle. Un cocktail explosif et représentatif de la vigoureuse scène belge, qui ne cesse de séduire l’outre-Quiévrain.

>> A lire aussi: «Tueurs»: Quand un ancien braqueur devient réalisateur de polar

Du pur jus bruxellois (ou presque)

Derrière ce projet, Clément Dumoulin, aka Animalsons (il a notamment travaillé avec Booba), a signé les titres de Tueurs, et ceux de la musique du film. Un album lancé par En douceur, un label hip-hop créé par Universal Belgique et Back In The Dayz. « On est très content et très fier parce que c’est le premier projet qu’on lance avec le Studio Planet, qui a vu le jour cette année notamment grâce au crowdfunding », précise le rappeur Caballero, comparse de JeanJass (Double Hélice, Double Hélice 2), interprètes du titre Vous m’aurez pas, qui reçoivent 20 Minutes à l’aise dans un canap' dans ce fameux studio son/vidéo/photo au cœur de Bruxelles.

Une capitale belge centrale dans ce projet, puisque la majorité d’entre eux en sont originaires. « Pour la moitié des rappeurs de cet album, on se connaît bien, affirme JeanJass, la plupart sont des rappeurs belges bruxellois (en l’occurrence, lui vient de Charleroi) ». Un point de vue que partage Caba. « Ici c’est tout petit et on a la chance d’avoir une belle entente dans le mouvement, il n’y a pas vraiment de gens qui ne s’aiment pas au point de ne pas vouloir collaborer. Tout le monde se connaît, connaît le travail des uns et des autres, et il y a du respect ».

« Les 100 nouveaux Pokémon »

Si leur renommée n’est plus à faire au plat pays, la France, elle, s’éprend de plus en plus de cette « scène belge », aussi diverse que variée. « J’ai l’impression que les Français découvrent et se disent "waow mais lui, il a cette particularité, lui une autre, un peu comme si c’était les 100 nouveaux Pokémon" », s’en amuse Max Meli, qui tient tout de même très vite à rappeler qu’au cœur de ce mouvement, chaque rappeur a sa personnalité. « Chacun mérite son heure de gloire, et on n’est pas qu’un phénomène de mode qui ne peut qu’exister parce qu’on est tous ensemble. C’est un peu réducteur », estime-t-il. D’autant que certains, à l’image de Damso, ou encore Roméo Elvis, connaissent des heures de gloires depuis quelques mois déjà.

Si Max Meli se méfie donc des effets de mode, il est indéniable qu’une vague explosive déferle de la Belgique. « C’est un peu la première fois où tu as l’assimilation de toute une génération de rappeurs. On est dans une période où énormément de rappeurs belges font parler d’eux ». Sans oublier ceux dont on parlera probablement demain.

« 2018 va être bien fournie », promet JeanJass. Et, outre les têtes d’affiche de Tueurs, toute une flopée de noms encore peu connus du grand public pourraient bien faire parler d’eux l’an prochain.  Yanso, Lord Gasmique, Isha, Krisy, ou encore Zwangere Guy, le seul rappeur de l’album à s’exprimer en flamand. Bref, Bruxelles arrive, prête à tuer le game.