VIDEO. #LoveArmyForRohingya: Qui est Jérôme Jarre, le leader de la «Love Army»?

SOLIDARITE A 27 ans, la star des réseaux sociaux a pris l’habitude de s’engager dans des causes humanitaires…

F.R.

— 

Jérôme Jarre sur le tapis rouge des MTV Movies Awards, en avril 2015, à Los Angeles.
Jérôme Jarre sur le tapis rouge des MTV Movies Awards, en avril 2015, à Los Angeles. — DVS/NEWSCOM/SIPA
  • Mardi, Jérôme Jarre a lancé un appel pour soutenir les Rohingyas, une minorité musulmane persécutée en Birmanie.
  • Jérôme Jarre, 27 ans, a construit sa popularité sur les réseaux sociaux depuis 2013. Son compte Vine comptait plus de sept millions d’abonnés.
  • En 2017, Jérôme Jarre s’est aussi impliqué dans la lutte contre la famine en Somalie et a soutenu les sinistrés du séisme au Mexique.

 

Jérôme Jarre est la figure de proue de la « Love Army ». Une « armée de l’amour », dans les rangs de laquelle on trouve Omar Sy et des youtubeurs tels que Seb la Frite ou Jhon Rachid. L’armada a fait le déplacement jusqu’au Bangladesh pour sensibiliser l’opinion publique à la crise humanitaire des Rohingyas, une minorité musulmane qui fuit la Birmanie pour échapper à une épuration ethnique.

En une journée, plus de 700 000 dollars ont déjà été récoltés et les retombées médiatiques sont importantes. Jérôme Jarre est en passe de remporter une nouvelle bataille caritative. En mars, il était parvenu à acheminer quelque 60 tonnes de vivres dans une Somalie frappée de plein fouet par la famine. La cagnotte lancée à l’époque avait permis de glaner plus de deux millions de dollars. En septembre, rebelote pour venir en aide aux sinistrés du tremblement de terre qui a secoué le Mexique : son appel à la solidarité a contribué à lever plus d’1,3 million de dollars.

A chaque fois, le Français, né à Albertville il y a 27 ans, a pu compter sur sa popularité pour faire passer le message. Un million d’abonnés sur YouTube, 1,6 million sur Twitter, 1,8 million sur Instagram… Jérôme Jarre se met en scène, multiplie les messages et les vidéos, se targue de mettre en lumière des tragédies prétendument délaissées par les médias : son rôle d’influenceur auprès, notamment, d’un jeune public fonctionne à merveille.

« Tout le monde cherche un but dans sa vie »

Une popularité qu’il a bâtie dès 2013, via son compte sur le réseau social Vine, aujourd’hui disparu. Quelque sept millions d’abonnées se délectaient de ses (très) courtes vidéos. Si bien que, partout où il passait, de Strasbourg à Reykjavik, il était habitué aux mouvements de foule, certains virant carrément à l’émeute. Jérôme Jarre n’a pas manqué de taper dans l’œil des médias : Ellen DeGeneres l’a invité dans son talk-show, Canal + l’a embauché pour couvrir le Festival de Cannes 2014 à sa manière… La même année, une grande marque lui propose un contrat à un million de dollars pour faire la promotion de ses produits. Il décline, arguant que son but dans la vie n’est pas de faire de la pub pour de la malbouffe.

« Tout le monde cherche un but dans la vie, déclarait-il il y a deux ans au New York Times. Si nous allons tous au cinéma, ou sur Internet, c’est parce que nous n’avons pas encore trouvé notre but. On se demande toujours ce qu’on fait là. Mais j’ai appris qu’on doit se créer cet objectif pour nous. Mon but, que j’ai trouvé grâce aux réseaux sociaux, c’est d’aider tous ces gens à trouver leur but dans la vie. »