Sébastien Tellier va représenter la France à l'Eurovision

Nadia Daam

— 

Sébastien Tellier
Sébastien Tellier — (c)Marie_de_Crecy

Cette année, le concours de l'Eurovision, qui se déroulera à Belgrade le 24 mai prochain, risque d'être moins barbant que d'habitude. C'est Sébastien Tellier qui défendra la France au concours de l'Eurovision 2008. La nouvelle, annoncée vendredi matin dans «Le Parisien», paraissait tirée par les cheveux mais a été confirmée sur le site de l'Eurovision.

Sébastien Tellier, c'est l'artiste au look dandy ascendant maquereau dont le génie n'a d'égal que le système pileux: ça va dans tout les sens et ça gratte. Boucles 80's, mélodie lancinantes, son album «Sexuality» l'a consacré artiste hype et surdoué de l'année.




L'information est donc déconcertante. D'abord parce que Sébastien Tellier, même sans connaître, on situe à peu près alors que, de la candidate de 2006, Virginie Pouchain, on ne connaissait rien. Après visionnage, on se dit qu'on aurait pu continuer à vivre comme ça, sans savoir.


Virginie Pouchain - France - Eurovision 2006
envoyé par jief75


L'année d'après, ce sont les Fatal Picards qui ont représenté la France. Vitaminé, rigolo, second degré, et pourtant, ils obtiennent la 22ème place, comme Virginie Pouchain, l'année précédente. C'était bien la peine… On en arriverait presque à se dire que le jury de l'Eurovision a de bien drôles de goûts, mais on n'ira pas jusque-là.


Fatals Picards Eurovision France 2007
envoyé par jief75
s

D'ailleurs, quand on regarde les gagnants des précédentes éditions, on constate que ce n'est pas vraiment une affaire de goûts, mais de… Ben oui, au fait, c’est quoi les goûts du jury?

Marija Šerifović (Serbie) en 2007


Eurovision 2007 "Molitva" Serbie
envoyé par slzaza


Lordi (Finlande) en 2006


Lordi Eurovision (Demi-finale)
envoyé par silence


Élena Paparízou (Grèce) en 2005


Elena Paparizou - My number one
envoyé par Jongenz



Hum... C’est lyrique, sucré, déconcertant, bariolé, inquiétant...

Bingo, c’est pile poil l’univers de Tellier. Il n'y a donc aucune raison pour qu’il ne remporte pas le concours en interprétant «Divine». Au moins aussi efficace que «L'enfant et l'oiseau» qui a valu à Marie Myriam la première place en 1977. Avant une longue période sombre au cours de laquelle la France a vu le trophée tant convoité lui passer sous le nez.