Bourgeois très en formes

EXPOSITION Le centre Pompidou rend hommage à l'artiste inclassable...

Benjamin Chapon

— 

L'Araignée de Louise Bourgeois
L'Araignée de Louise Bourgeois — S. Pouzet / 20 MINUTES

La plus grande artiste «américaine mais née française» n'avait plus été exposée à Paris depuis quinze ans. Le Centre Pompidou lave l'affront avec une large rétrospective de l'oeuvre de Louise Bourgeois, jusqu'au 2 juin. L'exposition, un cheminement sur 900m2 autour de 200 oeuvres, permet de saisir les obstinations de l'artiste de 96 ans : la domesticité, la sexualité, la famille... Les oeuvres ont ainsi été habilement regroupées selon leurs «formes». Des «personnages», totems de bois témoignant du goût de l'artiste pour le primitiviste, aux «cellules», oeuvres monumentales et labyrinthiques, en passant par les «Paysages», sculptures obscènes d'éléments naturels anthropomorphisés. Le regard glisse avec effroi sur ces oeuvres protéiformes qui, parfois, appelle la caresse (prohibée). Broderies, bronze, marbre, bois, acier, caoutchouc, latex, tissus... Louise Bourgeois a aimé et maltraité tous les matériaux.

«Aujourd'hui, elle sort peu de chez elle et crée moins, explique Marie-Laure Bernadac, commissaire de l'exposition. Elle dessine encore un peu.» Le Centre Pompidou consacre ainsi un espace à l'oeuvre graphique de Louise Bourgeois, intitulé « Tendres compulsions ». On y trouve notamment deux ensembles de panneaux dessinés de 2007. Situé en vis-à-vis des collections permanentes du musée, cet espace témoigne de la place que Louise Bourgeois occupe dans l'histoire des arts : intriguante, inspirante et unique, comme un astre lunaire.

«maman»
La monumentale et horrifiante araignée Maman est exposée au jardin des Tuileries. Emblématique de l'oeuvre de Louise Bourgeois, l'araignée d'acier et de bronze fait écho à celle exposée dans le forum du Centre Pompidou.

à lire
Le splendide catalogue de l'exposition analyse en profondeur l'oeuvre de l'artiste sous la forme d'un luxueux glossaire (40 euros).

Itinérant
Après Paris, l'exposition produite en collaboration avec la Tate Modern, ira à Londres, puis aux Etats-Unis