Comic Con: des organisateurs de l’événement en Libye arrêtés pour « atteinte aux mœurs »

Pop culture Un groupe armé libyen faisant office de police à Tripoli a annoncé samedi avoir fermé les portes du Comic-Con et arrêté ses organisateurs...

20 Minutes avec AFP

— 

Le logo du Comic Con de San Diego aux Etats-Unis en 2014.
Le logo du Comic Con de San Diego aux Etats-Unis en 2014. — Denis Poroy/AP/SIPA

C’était le second rendez-vous de la pop culture en Libye. Un groupe armé libyen faisant office de police à Tripoli a annoncé samedi avoir fermé les portes du Comic Con et arrêté ses organisateurs, après avoir jugé que ce festival de pop culture portait « atteinte aux mœurs et à la pudeur ».

Les organisateurs arrêtés, leurs ordinateurs, saisis

Comme en France, des centaines de jeunes se sont pressés à l’ouverture à Tripoli de la deuxième édition duComic Con Libya, vêtus des costumes de leurs héros de manga ou d’animation favoris.

Des compétitions de jeux vidéo étaient également prévues par ce festival qui devait se poursuivre samedi.

Selon un des participants, la Force de dissuasion est entrée dans la salle où était organisé le festival, a arrêté les organisateurs et saisi leurs ordinateurs.

Cette force loyale au Gouvernement d’union nationale (GNA) basé à Tripoli et soutenu par la communauté internationale est formée essentiellement de salafistes, principalement basés à l’est de la capitale. Elle fait office de police à Tripoli et pourchasse à la fois les trafiquants (drogue, alcool) et les personnes soupçonnées d’appartenir au groupe terroriste Etat islamique (EI).

Considérée parmi les groupes armés les plus disciplinés, elle a gagné en influence depuis l’installation du GNA à Tripoli en mars 2016, après avoir réussi à contenir le crime organisé dans la capitale libyenne.

Il était « nécessaire de s’attaquer à ces phénomènes destructeurs »

En arrêtant les organisateurs du Comic-Con, la Force de dissuasion estime qu’il était « nécessaire de s’attaquer à ces phénomènes destructeurs et de les combattre »

Elle a précisé que les organisateurs seraient présentés « au parquet pour atteinte aux mœurs et à la pudeur ».

« Ce genre de festivals importés de l’étranger exploite la faiblesse de la persuasion religieuse (des adolescents) et leur fascination pour les cultures étrangères », a expliqué le groupe armé.

Né en 1970 aux Etats-Unis où quelques dizaines de geeks s’échangeaient des comics, le phénomène s’est propagé jusqu’en l’Arabie saoudite, un pays ultraconservateur où les cinémas publics sont interdits, qui a accueilli en 2017 son premier Comic Con.

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, les autorités successives de transition ont échoué à mettre en place une police et une armée régulières, capables de rétablir l’ordre dans un pays où des centaines de milices font la loi.