VIDEO. Découvrez en avant-première le «Batman» italien à la sauce franco-belge

COMICS Elevé à la BD franco-belge, le créateur italien des « Aigles de Rome » Enrico Marini a été - temporairement - débauché par DC Comics…

Olivier Mimran

— 

Batman par Enrico Marini
Batman par Enrico Marini — TM & © DC Comics. All Rights Reserved. © 2017 Marini - Dargaud Benelux (Dargaud-Lombard s.a.)

Si Marvel et DC, les deux plus gros éditeurs américains de comics de super-héros, comptent de plus en plus d’artistes européens dans leurs pools créatifs, il est rarissime qu’un titre soit entièrement confié à un auteur du vieux continent. Après le défunt Moebius et sa version du Silver Surfer, Milo Manara et son incursion - coquine - dans l’univers des X-Men, c’est donc à Enrico Marini de s’emparer de Batman, l’homme chauve-souris créé en 1939 et devenu, depuis, l’un des héros les plus adulés de la pop culture.

>> A lire aussi : Fan de Batman ? Répondez au Batquiz

Le premier volume du diptyque The Dark Prince Charming ne sort que le 3 novembre ? Qu’à cela ne tienne ! Les éditions Dargaud, DC et 20 Minutes ont le plaisir de vous en présenter, en avant-première et en exclu, les toutes premières planches. Alors ne boudez pas votre plaisir et régalez-vous !

« Un récit très intime »

Qui est cette petite fille que retient le Joker, l’ennemi juré de Batman ? Et quel est son lien avec le protecteur de Gotham City ? Autant de questions (et bien d’autres) soulevées dans ce récit signé par le dessinateur des célébrissimes séries Gipsy, Rapaces et Le Scorpion (deux millions d’albums vendus à travers le monde). « Tout ce que je peux vous révéler, confie Enrico Marini à 20 Minutes, c’est qu’il s’agit d’une histoire très intime pour Batman, qui s’attache ici à secourir une personne alors qu’il a plutôt l’habitude de chasser les criminels ou sauver le monde. »

 

>> À LIRE AUSSI << « Fan de "Batman" ? Répondez au Batquiz »

 


 

 

>> À LIRE AUSSI << « «Batman» repris par Enrico Marini... Alan Moore arrête la BD... «Watchmen» bientôt en série TV... »

De la plaisanterie au rêve de gosse

Bien, mais comment l’artiste italien s’est-il trouvé embarqué dans un tel projet ? « Au cours d’un repas, j’ai demandé au directeur d’Urban Comics (le département « Comics » de Dargaud, qui publie le catalogue DC Comics en français) s’il pouvait faire en sorte que je réalise un épisode de Batman. Je plaisantais, bien sûr. Mais il m’a pris au mot et en a parlé à Jim Lee, le coéditeur américain de DC Comics, qui s’est montré intéressé ! J’étais coincé (rires). Non, en fait, j’étais fou de joie. »
 

S’il a déjà dessiné des humains « chauve-souris » (enfin… des vampires, dans la série Rapaces), Marini rêvait depuis longtemps d’un jour reprendre les aventures du super-héros qui avait bercé sa jeunesse : « Je l’adore depuis mon enfance, que j’ai passée à lire des histoires de super-héros. Bien avant de découvrir la BD franco-belge, d’ailleurs, dont je n’ai découvert la diversité que vers 13/14 ans. Donc Batman, chez DC, et Spiderman, chez Marvel, faisaient partie de mon panthéon de héros quand j’étais gosse. »
 

Un peu de fraîcheur

The Dark Prince Charming est un récit plutôt sombre dans lequel Batman côtoie, des bas-fonds de Gotham City aux cimes de ses buildings, la lie de ses ennemis traditionnels. Au premier rang desquels, bien sûr, le Joker. Un peu attendu ? « Peut-être, concède Marini. Mais comme j’avais entière carte blanche, j’ai égoïstement choisi le vilain que j’avais le plus envie de dessiner (rires). Et puis je trouve que c’est le meilleur adversaire de Batman en ce qu’il est son parfait opposé. En plus, il offre de telles possibilités créatives, il est tellement "coloré" - beaucoup plus que d’autres ennemis historiques de Batman comme Le Pingouin, Bane, Mr Freeze etc. -, tellement imprévisible, chaotique, et il apporte une telle touche d’humour que je n’ai pas hésité longtemps à le convoquer ».
 


Ce premier volume, dont la suite et fin devrait sortir « dans les six mois à venir. Idéalement avant l’été prochain », combine astucieusement enquête, suspense et questionnements personnels. Mais si Enrico Marini trouve tout naturellement ses marques dans le mythe Batman, il lui apporte aussi une nouvelle dimension : « mon récit respecte les codes de la « mythologie Batman » mais ne s’inscrit pas dans la continuité de la série actuelle. C’est-à-dire qu’il pourrait se passer à n’importe quel moment entre la création du héros et aujourd’hui. Quand DC m’a contacté, on m’a demandé de ne surtout pas produire une copie conforme, ni même du comics pur. On attendait que j’apporte à la licence une certaine fraîcheur. J’espère y être parvenu… »
 

Fusion de genres

En tout cas, ce projet a le mérite d’ouvrir de nouvelles perspectives à la bande dessinée mondiale : « J’espère que ce genre d’initiative sera plus fréquente à l’avenir, même si tous les auteurs de BD franco-belge n’ont pas forcément envie de s’essayer au comics de super-héros. Ou au manga, d’ailleurs, note Marini. Initier ce genre de ponts peut être aussi bénéfique à l’industrie du Comics qu’à celle de la BD franco-belge. Parce que les traditions ont du bon, mais il est temps que les genres - franco-belge, comics, manga - s’ouvrent les uns aux autres. En tout cas, je suis content d’avoir réalisé un comics à la sauce franco-belge (rires). Qui sait, peut-être qu’un jour on me proposera de faire un manga ? J’aimerais bien, je crois… »

 

Batman « The Dark Prince Charming » tome 1/2, par Enrico Marini - éditions Dargaud - 14,99 euros
En vente le 3 novembre 2017