«20 Minutes» en 1984: La folie «Pac-Man» décryptée

JEU VIDEO A l’occasion de la saison 2 de « Stranger Things », qui débarque sur Netflix, « 20 Minutes » fait un voyage dans le temps, direction le 27 octobre 1984, et imagine les articles que le service Culture aurait signés ce jour-là…

V. J.

— 

Des étudiants jouent au jeu vidéo Pac-Man à Strasbourg, le 12 février 2015
Des étudiants jouent au jeu vidéo Pac-Man à Strasbourg, le 12 février 2015 — Frederick Florin AFP

A la télé, dans la rue, sur les badges des enfants… On le voit partout. Qui ? Pacman bien sûr. Le mangeur de fantôme, avec sa grande bouille jaune, est sans doute le visage le plus connu de 1984. Retour sur un succès hors du commun.

Lorsqu’il sort en 1980, le jeu Pac-Man créé la surprise. Son éditeur Namco avait tout misé sur son jeu de course Rally-X, mais la boule jaune n’en a fait qu’une bouchée. Près de 400.000 bornes d’arcade ont ainsi été vendues à travers le mondedepusi quatre ans ! « Les jeux d’arcade sont encore souvent des jeux de tir, de Space Invaders à Asteroids en passant par Battle Zone, commente J’m Destroy, journaliste à Micro News*. Avec son labyrinthe, ses pac-gommes et ses fantômes, Pac-Man est plus convivial, plus familial, il montre qu’un autre jeu est possible. » On peut même dire qu’il invente un genre à lui tout seul.

>> «Pixels»: Comment Pac-Man est devenu un véritable monstre

12 millions de cartouches pour 10 millions de consoles

« Mais le phénomène ne serait pas le même sans la version Atari 2600 sorti deux ans plus tard, continue le spécialiste. Elle a permis de démocratiser le jeu chez les enfants, car il ne faut pas oublier que les bornes d’arcade sont interdites aux moins de 18 ans. » Atari a même eu les yeux plus gros que le ventre et produit 12 millions de cartouches… pour 10 millions de consoles. Il s’en vendra sept millions, un record encore invaincu mais aussi un aveu d’échec avec cinq millions d’invendus, enfouis dans le désert.

>> «Pac-Man»: Masaya Nakamura, père du célèbre jeu, est mort à l'âge de 91 ans

Un dessin animé sur Antenne 2

Pac-Man, lui, s’invite dans tous les foyers, grâce à la multiplication des portages et en fait des consoles de salon et ordinateurs personnels. « Coleco, Apple II, Commodore, Intellivision ou la toute nouvelle NES, tout le monde veut sa machine, son Pac-Man », lâche J’m Destroy. Il est même le héros d’un dessin animé diffusé depuis septembre dans Recré A2, avec un générique chanté par William Leymergie. La consécration !

*Bon ok, Micro News a été lancé en 1986, mais il était l’un des seuls magazines spécialisés de l’époque. J’m Destroy avait alors 17 ans, il est aujourd’hui l’auteur de L’âge d’or du jeu vidéo de la presse spécialisée, le 15 novembre chez Geeks-Line.