Mc Solaar: «J’ai mon truc à moi, je fais du Solaar»

MUSIQUE Après une pause de 10 ans, le rappeur revient avec un nouvel album « Géopoétique »...

Maria Aït Ouariane

— 

Mc Solaar sort un nouvel album, Géopoétique
Mc Solaar sort un nouvel album, Géopoétique — Benjamin Decoin

Considéré par beaucoup comme un pionnier du rap français, Mc Solaar a marqué plusieurs générations en étant l’un des premiers à démocratiser le rap. Depuis dix ans, il n’avait plus sorti d’albums et certains le croyaient parti pour de bon à la retraite. Mais non, il était juste tranquillement installé dans le 16e arrondissement de Paris, où il semble connaître tout le voisinage. C’est là qu’il reçoit pour parler de son retour avec l’album Géopoétique qui sort vendredi. Cette pause, il ne l’avait d’ailleurs pas anticipée si longue.

>> A lire aussi : Booba, Mc Solaar, Sexion d’Assaut… Le classement des rappeurs qui ont le plus de vocabulaire

« A la base je ne voulais m’accorder que trois ans de tranquillité car cela faisait un certain nombre d’années que je n’avais fait que de la musique. Donc je me suis dit que j’allais prendre un peu de repos et puis… C’est devenu une habitude, tu ne vas plus au studio, les jours passent… J’attendais un électrochoc. Et il a eu lieu en 2015 quand deux musiciens m’ont appelé dans la même semaine en me disant « Mais qu’est ce que tu fais ? ». »

« J’ai pu mettre un thermomètre dans la société »

Malgré la peur de décevoir, de manquer d’originalité, de ne pas trouver l’inspiration, le rappeur à la posture de philosophie s’est nourri de cette pause pour mieux revenir. « J’ai pu mettre un thermomètre dans la société. Je me suis dit qu’il fallait que je raconte des histoires qui feraient que les gens relativiseraient et soit positifs. J’avais vraiment envie de faire des morceaux qui rendent plus mature parce qu’il s’est passé pas mal de trucs négatifs ces derniers temps. »

>> A lire aussi : Ouragan Irma: Le concert «Ensemble pour les Antilles» a permis de récolter 2,2 millions d'euros

Regard nouveau sur le monde et introspection sont au centre de l’album Géopoétique qui s’ouvre par ces paroles : « Seul sous son saule pleureur Solaar pleure », puis « Tout a commencé là-bas dans la ville qu’on appelle Maisons-Alfort ». Le rappeur reprend quelques lignes de morceaux de 2001 dans Solaar Pleure et Lève Toi et Rap. S’il ne nous avait pas expliqué son envie d’optimisme, on y verrait presque un testament. Mais non, Solaar bouge encore. Sa plume désormais flirte beaucoup avec l’électro tout en ne quittant pas son influence américaine et classique. Mc Solaar raconte avoir puisé dans « le style d’Atlanta, le jazz des années 1990, un peu de hip-hop jazz avec le morceau J.A.Z.Z, il y a aussi un morceau classique… Je crois qu’il y a un morceau dans chaque genre, un flow pour chaque genre. Je ne voulais pas faire deux fois la même chose. »

De Gainsbourg à Niska 

De nombreuses références mais surtout un : Serge Gainsbourg. « C’est un artiste que j’ai beaucoup écouté quand j’étais enfant. Mais là, je voulais montrer que Gainsbourg est très contemporain, et qu’il devrait être une icône hip-hop. Lui aussi faisait du dirty talk, du trash… Comme les rappeurs qui s’entourent de jolies filles, Gainsbourg faisait pareil avec Brigitte Bardot, Jane Birkin… Les rappeurs aiment bien les grosses voitures, et Gainsbourg. Les rappeurs montrent leurs billets sur Snapchat, Gainsbourg l’a fait à la télévision, il en a même brûlé un… »

Si Solaar aime regarder dans le rétro, il a aussi une opinion sur la route que prend le rap actuel. « Je n’arrive pas à me positionner par rapport à un rappeur en particulier ou le rap actuel. J’ai mon truc à moi, je fais du Solaar, ce n’est ni du rap conscient ni quoi que ce soit. Je suis déjà une identité, mais ce n’est pas ma faute, c’est parce que j’étais déjà là avant. » S’il ne s’inscrit pas dans le game, Solaar observe les rappeurs qui montent allant de Gradur à Lomepal en passant par Niska : « Je leur dis bravo à tous parce que maintenant il y a un éventail de style. Le rap musical, la trap, du Jul, du JP Manova… Il y a plusieurs chemins aujourd’hui alors qu’avant il n’y avait que trois chemins : celui du crieur, celui du poète et celui de l’enseignant. Aujourd’hui, les rappeurs arrivent à trouver différents publics. C’est une réussite pour le hip-hop. »

Maintenant, Mc Solaar prépare sa nouvelle tournée qu’il annonce… un peu particulière : « J’aime bien la musique donc je vais faire une tournée pas ordinaire, qui va raconter une histoire. J’ai eu le temps d’avoir du recul par rapport à tout ça. Ce sera un concert avec un fil rouge parce que, dans beaucoup de morceaux que j’ai faits, il y a un thème qui revient régulièrement… »