«Urgences»: Une actrice de la série accuse George Clooney de «complicité de harcèlement»

HARCELEMENT La star venait de condamner les agissements d'Harvey Weinstein quand une actrice l'a accusé de l'avoir blacklistée pour avoir révélé les harcèlements subis sur les plateaux d' «Urgences»...

20 Minutes avec agence

— 

George Clooney est accusé par une actrice d'Urgences de complicité de harcèlement.
George Clooney est accusé par une actrice d'Urgences de complicité de harcèlement. — WENN

Vanessa Marquez, la comédienne qui jouait le rôle de l’infirmière Wendy Goldman dans la série Urgences, a accusé George Clooney d’avoir contribué à la culture du harcèlement sexuel qui régnait sur les plateaux de la série.

« Clooney a aidé à me blacklister quand j’ai alerté sur les cas de harcèlement sur Urgences. "Les femmes qui ne jouent pas le jeu perdent leur carrière". C’est ce qui m’est arrivé », affirme l’intéressée dans un tweet posté le 10 octobre.

Insultes raciales

L’actrice de 48 ans est ensuite allée plus loin dans ses accusations. Alors qu’une internaute lui demandait de quel type de harcèlement elle avait été victime, Vanessa Marquez a évoqué des insultes raciales envers les Mexicains et des attouchements sexuels.

Celle qui a joué dans Urgences de 1994 à 1997 a ensuite directement mis en cause le comédien Eriq LaSalle et le cadreur Terence Nightingall avant que son compte Twitter ne soit suspendu.

« Je n’avais aucun pourvoir sur le casting »

Cette dénonciation de Vanessa Marquez intervient en réaction aux déclarations de George Clooney qui, la veille, avait condamné les agissements du producteur Harvey Weinstein, accusé de plusieurs agressions sexuelles et viols. « Harvey a tout admis et c’est indéfendable. Je connais Harvey depuis vingt ans. Il m’a donné ma première chance dans un film (…), il m’a donné ma première chance comme réalisateur (…) Mais je peux vous dire que je n’ai jamais assisté à de tels comportements. Jamais ! », avait ainsi assuré la star.

« Ce sont des conneries », s’insurge Vanessa Marquez. Ce que George Clooney nie avec insistance. « Je ne savais absolument pas que Vanessa était black­lis­tée. Je la crois lorsqu’elle dit cela. (…) Je n’avais aucun pouvoir sur le casting. J’étais un acteur et seulement un acteur. (…) Je n’avais pas le pouvoir d’affecter sa carrière, mais je n’en avais pas non plus la volonté », a expliqué l’interprète d’Une nuit en enfer dans une déclaration à US Weekly.

Affaire Harvey Weinstein: Woody Allen se dit «triste» pour le producteur «dont la vie est tellement bouleversée»