Affaire Weinstein: Pour Isabelle Adjani, «en France, c’est autrement plus sournois»

SCANDALE Isabelle Adjani a comparé l’affaire avec ce qu’elle observe en France dans les colonnes du «Journal du dimanche»…

L.B.

— 

Isabelle Adjani à la 35e cérémonie des César, en 2010.
Isabelle Adjani à la 35e cérémonie des César, en 2010. — LYDIE/NIVIERE/SIPA

Le scandale Harvey Weinstein traverse les frontières. Depuis les révélations du New York Times et du New Yorker, des dizaines d’actrices ont accusé le producteur hollywoodien d’avoir abusé d’elles. Cinq actrices, parmi lesquelles les actrices Asia Argento, Lucie Evans et Rose McGowan, l’ont accusé de les avoir violées.

Isabelle Adjani, a poussé un cri de colère ce dimanche dans les colonnes du Journal du dimanche : « Pour la plupart des gens, si une actrice doit coucher pour y arriver, ça reste naturel, voire normal, selon l’idée qu’il faut bien donner un peu de soi quand on veut obtenir beaucoup. »

« Toutes des putes de toute façon, ces actrices ! »

L’actrice de Tout feu tout flamme en profite pour s’attaquer à la France et dresse une comparaison. « C’est autrement sournois. En France, il y a les trois G : galanterie, grivoiserie, goujaterie. Glisser de l’une à l’autre jusqu’à la violence en prétextant le jeu de la séduction est une des armes de l’arsenal de défense des prédateurs et des harceleurs », tacle-t-elle avant de décrire le milieu du cinéma.

« Dans les maisons de production ou chez les décideurs, j’ai souvent entendu : "Toutes des salopes, toutes des putes de toute façon, ces actrices !" ». Et de conclure : « Quand une actrice se fait séduisante pour décrocher un rôle, ce n’est pas pour se faire violer ! »

L’Elysée a indiqué ce samedi à Buzzfeed qu’elle envisageait la possibilité de retirer la légion d'honneur au producteur hollywoodien, accusé par une trentaine de femmes de viols, harcèlements et agressions sexuelles.