La bonne récolte de « La Graine »

Stéphane Leblanc - ©2008 20 minutes

— 

Meilleurs film, scénario, espoir féminin et réalisateur. Abdellatif Kechiche a refait le coup de L'Esquive il y a trois ans : le cinéaste franco-tunisien a décroché les quatre mêmes césars. Peut-on parler de surprise ? Pas vraiment : La Graine et le Mulet, qui raconte de manière réaliste et cocasse l'histoire d'un vieil ouvrier arabe licencié d'un chantier naval et qui se bat pour ouvrir un resto de couscous de poisson, avait déjà remporté le prix spécial du jury et celui de la révélation à Venise, puis le prestigieux prix Louis-Delluc, le prix du Syndicat de la critique et les principales Etoiles de la presse...

Alors, bien sûr, les grincheux ne manqueront pas de rappeler que les 670 000 entrées de La Graine et le Mulet ne pèsent pas lourd face aux cinq millions de La Môme. Sauf que l'an dernier déjà, la vague auteuriste qui avait récompensé Lady Chatterley a permis au film de Pascale Ferran de connaître une seconde carrière. Et de doubler sa fréquentation initiale en attirant 200 000 spectateurs supplémentaires. On en souhaitera au moins autant au très beau film d'Abdellatif Kechiche. De tels résultats ne peuvent qu'encourager les producteurs à prendre des risques. Et c'est tout le cinéma français, dans sa richesse et sa diversité, qui, à terme, en sortira gagnant.