VIDEO. L'étrange positionnement de la console revival d'Atari

JEU VIDEO L'Ataribox, annoncée pour début 2018, coûtera entre 250 et 300 dollars/euros...

P.B.
— 
L'Ataribox devrait être disponible début 2018.
L'Ataribox devrait être disponible début 2018. — ATARI

Après avoir changé de nom, de mains, puis déposé le bilan, Atari a été ressuscité par le Français Frédéric Chesnais. Ambitieux, il avait teasé une toute nouvelle console, baptisée Ataribox, pour 2018.

Le site VentureBeat a obtenu de nouveaux détails, cette semaine. Et à 250-300 dollars, avec un futur financement participatif sur IndieGogo, on ne comprend pas vraiment le positionnement d’une console qui surfe sur la mode revival/nostalgie mais veut également attirer les développeurs indépendants. La microconsole Ouya, en son temps, coûtait 129 euros. Et la Snes classic mini, qui sort ce vendredi, 80 euros.

Au prix d’une PS4

L’Ataribox est, certes, beaucoup moins limitée. C’est une un PC sous Linux équipé d’une puce AMD, pensé pour le salon, avec un design en bois véritable plutôt réussi. Selon Atari, elle permettra notamment de jouer à des anciens jeux. Mais parce qu’il s’agit d’un « système ouvert », elle sera compatible avec les titres d’autres plateformes (comme Steam). « La console sera assez puissante pour faire tourner des jeux PC de milieu de gamme, mais pas des titres AAA qui ont besoin d’une grosse configuration », précise l’entreprise à VentureBeat.

Bref, on parle plutôt de jeux indie que de Call of Duty. Le concept est intéressant, mais sans doute pas au prix d’une Playstation 4.