Jacques Chirac: Les confidences bouleversantes d’un proche publiées dans un livre

LIVRE L’ouvrage du journaliste Arnaud Ardoin repose sur le témoignage d’un fidèle de la première heure de l’ancien président…

20 Minutes avec agence
— 
L'ancien président Jacques Chirac, le 21 novembre 2015 à Paris
L'ancien président Jacques Chirac, le 21 novembre 2015 à Paris — PATRICK KOVARIK POOL

Daniel Le Conte, collaborateur de toujours de Jacques Chirac, a raconté le crépuscule de l’ancien président. Arnaud Ardoin a fait de ce témoignage un livre choc intitulé « Président, la nuit vient de tomber », le mystère Chirac à paraître aux éditions Cherche midi le 5 octobre.

Avec les confidences de ce proche décédé en juillet dernier, l’ouvrage donne des nouvelles préoccupantes de l’état de santé de Jacques Chirac, alors que Paris Match en dévoile quelques extraits.


Conserver sa dignité en toutes circonstances

C’est à la demande de la fille de Jacques Chirac, Claude, que Daniel Le Conte a passé les trois dernières années de sa vie auprès de l’ex-chef de l’État. Il fut son confident et presque son rempart, accueillant les visiteurs et veillant à ce que le président reste digne en toutes circonstances.

« Une fin de vie diamétralement à l’opposé de celle de son prédécesseur, explique-t-il notamment. Malgré le cancer qui l’obligeait parfois à recevoir ses hôtes allongé, François Mitterrand a toujours gardé l’esprit clair, jamais avare d’un petit coup de griffe, d’un mot d’esprit. »

Des « pensées indéchiffrables »

Daniel Le Conte passait tous les jours vers 15 h rendre visite à son ami, qui « a les yeux perdus dans des pensées indéchiffrables ». « Jacques Chirac n’a plus envie de faire d’effort, juste la force d’écouter », raconte-t-il encore.

Et, au moment du départ, Daniel Le Conte venait lui glisser cette petite phrase : « Président, la nuit vient de tomber. » Pour entendre à chaque fois comme réponse : « J’espère qu’elle ne s’est pas trop fait mal. »

« Ne pas salir la mémoire »

Au fil d’une quinzaine d’entretiens, l’ouvrage d’Ardoin dissipe donc un peu « le mystère Chirac » et fait découvrir aussi ses passions : pour les arts premiers, les femmes… Les confessions de Le Conte permettent de lever un coin du voile sur la vie de l’ancien chef de l’État avec son épouse, Bernadette, mais aussi sur son infinie compassion pour les enfants handicapés.

Daniel Le Conte, qui fut de toutes les aventures politiques et, surtout, le fidèle confident de ces dernières années, était soucieux de ne pas « salir la mémoire » de l’ancien président. Décédé d’une crise cardiaque en juillet dernier, il avait cependant relu les épreuves du livre et donné son feu vert pour la publication.