VIDEO. Lors d'un concert, Stevie Wonder s'est agenouillé «pour l'Amérique» et contre Donald Trump

CULTURE Stevie Wonder a imité un geste popularisé par le « quarterback » de la Ligue nationale de football américain (NFL), Colin Kaerpernick…

20 Minutes avec AFP

— 

Stevie Wonder et son fils Kwame Morris lors d'un concert à New York le 23 septembre
Stevie Wonder et son fils Kwame Morris lors d'un concert à New York le 23 septembre — ANGELA WEISS / AFP

Stevie Wonder prend position. L’artiste s’est agenouillé samedi soir à New York lors d’un concert réunissant stars et politiques pour soutenir la lutte contre la pauvreté dans le monde, alors que le président américain Donald Trump veut sabrer l’aide internationale américaine.

Des milliers de personnes avaient convergé vers Central Park pour le Global Citizen Festival, qui attire depuis 2012 les artistes parmi les plus célèbres et coïncide avec la tenue de l’Assemblée générale des Nations unies.

Le concert visait à mobiliser largement aux Etats-Unis, premier donateur mondial, mais c’est une nouvelle controverse avec Donald Trump qui a pris le devant de la scène.

>> A lire aussi: Les joueurs de foot US prévoient une immense protestation contre Donald Trump dimanche

Un soutien au quaterback Colin Kaerpernick

En s’agenouillant devant le public, Stevie Wonder a imité un geste popularisé par le « quarterback » de la Ligue nationale de football américain (NFL) Colin Kaerpernick, qui s’était agenouillé en août 2016 pendant la diffusion de l’hymne américain pour protester contre plusieurs meurtres de Noirs par des policiers blancs.

Donald Trump s’en était pris vendredi, sans le nommer, à ce joueur sans équipe depuis l’expiration de son contrat en mars. « Est-ce que vous n’aimeriez pas voir un de ces propriétaires (d’équipe) de NFL dire, quand quelqu’un manque de respect à notre drapeau, "sortez-moi ce fils de pute du terrain, il est viré, viré !" », a dit Donald Trump.

« Ce soir, je m’agenouille pour l’Amérique », a déclaré le chanteur aveugle, âgé de 67 ans, soutenu par son fils Kwame Morris.

Il s’est aussi inquiété des échanges d’insultes entre Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un : « Nous pourrions perdre le dernier jeu video, celui de la vie, en oubliant que les armes sont réelles et les discours dangereux, qu’ils viennent d’une superpuissance en Amérique du Nord ou d’une superpuissance en Corée du Nord ».

Le festival de la bonne action

Parmi les autres têtes d’affiches du festival figurait le groupe de punk rock californien Green Day, coutumier des sujets politiques. Son chanteur Billie Joe Armstrong a cité le nom de Trump dans les paroles d’American Idiot (2004) dans lequel le groupe dépeignait une sombre image des Etats-Unis sous l’administration Bush en pleine invasion de l’Irak.

Le président français Emmanuel Macron s’est adressé au public par vidéo, en promettant d’aider à lever plus d’un milliard de dollars pour le Partenariat mondial pour l’éducation avant une conférence prévue le 8 février 2018 au Sénégal.

La ministre danoise chargée du Développement Ulla Tornaes a annoncé que son gouvernement allait doubler l’an prochain à 110 millions de dollars son financement international en matière de santé sexuelle et reproductive féminine.

Le festival - qui s’est exporté en Allemagne et en Inde - est gratuit, mais les fans doivent faire une « bonne action », comme écrire une lettre à leur gouvernement, pour obtenir un ticket d’entrée. Global Citizen a suscité quelque 400.000 appels au Congrès américain pour préserver l’aide internationale, a déclaré au public le représentant républicain modéré Charlie Dent.