Eels, douze ans et toujours très frais

Benjamin Chapon - ©2008 20 minutes

— 

Eels ratisse large : un disque best of pour les néophytes, un concert * pour les nostalgiques et un album de raretés pour les fans. Alors que leur tube, Novocaine for the Soul, tournait en boucle sur MTV, ils étaient déjà nombreux les esprits chagrins à prophétiser leur disparition avant fin 1996. Douze ans plus tard sort le premier best of d'un groupe qui, sans tambour ni trompettes, mais avec de sacrées bonnes guitares, a marqué l'histoire du rock indé américain. Ballades joyeuses ou rock mid-tempo, Mark Olivier Everett, le mélancolique leader des Eels, s'inspire toujours de ses deuils et séparations pour écrire ses chansons, et il en a écrit une flopée. Un peu de Beck (pour les paroles), des Pixies (pour la lignée rock indépendant) et de Daniel Johnston (pour les bricolages sonores), le cocktail Eels a un bon goût de revenez-y. Et il vieillit bien.