La vie des autres, version Joël Egloff

K. Papillaud - ©2008 20 minutes

— 

Vous a-t-on déjà confondu avec quelqu'un d'autre ? Cela arrive tous les jours au héros du nouveau roman de Joël Egloff. L'homme que l'on prenait pour un autre (éditions Buchet-Chastel) raconte l'histoire d'un homme qui est sans arrêt embarqué dans les histoires des autres. Quand un ancien malfrat le reconnaît comme étant son copain de cellule, il devient ce camarade. Le facteur le prend pour un certain Pierre Simon ? A force de s'en défendre, en vain, il capitule, devient cet homme et reçoit les lettres d'amour destinées à ce M. Simon.

Le livre raconte au fond que nous ne sommes peut-être que ce que notre entourage projette sur nous, avec son lot de fantasmes, d'intentions et d'attentes. Avec simplicité et absurde Joël Egloff pousse l'expérience jusqu'à son paroxysme en dépouillant son personnage de tout for intérieur. Ses personnages sont embringués sans révolte dans des vies qu'ils ne choisissent pas. C'était le cas du héros de L'Etourdissement, roman publié en 2005 pour lequel l'auteur avait reçu le prix du livre Inter. Dans L'homme que l'on prenait pour un autre, on retrouve ce même charme teinté d'humour et de désespoir, qui en fait un livre terriblement attachant.