Cinéma: «Petit Paysan», succès surprise de la rentrée ciné

SUCCES Entre drame rural et thriller parano, le premier film d'Hubert Charuel, sorti le 30 août, a trouvé son public après avoir conquis la critique...

Fabien Randanne

— 

Swann Arlaud dans «Petit Paysan».
Swann Arlaud dans «Petit Paysan». — Pyramide Films

L’air de rien, il est en train de s’imposer comme le succès surprise de cette rentrée. Sorti le 30 août, Petit Paysan d’Hubert Charuel a déjà attiré plus de 103.400 spectateurs dans 184 salles. Un score qui n’a rien de spectaculaire pour un blockbuster mais qui, pour un premier film plus « fragile » est très encourageant. D’autant plus qu’il devance un autre long-métrage français sorti le même jour, Bonne Pomme, porté par deux stars, Gérard Depardieu et Catherine Deneuve (94.500 entrées dans 326 salles).

A titre de comparaison, il a enregistré une meilleure première semaine d’exploitation que Divines, arrivé à l’affiche à la même période l’an passé (pour finir sa carrière autour des 322.000 entrées) et a décroché ensuite trois Césars (révélation féminine, meilleure second rôle féminin et meilleur premier film).

Egalement révélé à Cannes – il était à la Semaine de la critique quand Divines figurait à la Quinzaine des réalisateurs –, Petit Paysan pourrait connaître un destin tout aussi heureux lors des prochains Césars. Côté trophées, il est d’ailleurs le grand gagnant du dernier Festival du film francophone d’Angoulême où il a remporté le Valois de diamant (la récompense suprême) et le Valois du meilleur acteur pour Swann Arlaud.

« Tout sauf chiant »

Dans le rôle-titre, ce dernier livre une prestation saisissante de justesse. Qu’il aide une vache à mettre bas ou désinfecte machinalement les pis avant la traite, le comédien reproduit parfaitement les gestes routiniers des agriculteurs. Son personnage, Pierre, est un éleveur trentenaire qui est prêt à tout pour sauver son troupeau alors qu’une épizootie décime les exploitations belges et françaises.

En mélangeant film social, drame rural et thriller paranoïaque, Petit Paysan trouve un certain équilibre entre suspense et une émotion. Résultat : les critiques sont dithyrambiques. Caroline Vié, journaliste ciné de 20 Minutes, assurait ainsi que le film est « tout sauf chiant », tandis que Positif notait qu’il « a su se frayer un chemin à travers la grande fresque cinématographique de la ruralité française ». La Croix y a vu « un hommage passionné au monde de l’élevage » et Studio Ciné Live « un thriller haletant », quand Le Monde salue « des moments de tension dignes d’une salle de marché un jour de krach ». Seul Libération a fait la fine bouche en qualifiant le scénario de « très simple » et en estimant que la mise en scène était « d’une sagesse fastidieuse ».

Sur les réseaux sociaux, dont Twitter, les avis des internautes sont majoritairement positifs. Un bon signe pour le bouche-à-oreille…