L'Unesco inscrit Hébron sur la liste du patrimoine mondial et suscite la colère d'Israël

DIPLOMATIE La vieille ville d'Hébron abrite un site sacré à la fois pour les juifs et les musulmans...

B.C. avec AFP

— 

Un juif ultraorthodoxe visite le site historique d'Hébron appelé Tombeau des Patriarches par les juifs et Mosquée d'Ibrahim par les musulmans
Un juif ultraorthodoxe visite le site historique d'Hébron appelé Tombeau des Patriarches par les juifs et Mosquée d'Ibrahim par les musulmans — Sebastian Scheiner/AP/SIPA

« Honte », « Souillure morale », « Mensonges »… Habituellement, la session annuelle du Comité du patrimoine mondial de l’Unesco est plutôt calme. Mais vendredi 7 juillet 2017, le comité devait rendre sa décision sur un dossier brûlant opposant Israéliens et Palestiniens. Il s’agissait d’inscrire sur la liste « zone protégée » du patrimoine mondial la vieille ville d’Hébron. Douze membres du Comité réuni à Cracovie, dans le sud de la Pologne, ont voté pour l’inscription, six se sont abstenus et trois ont voté contre. Etant donné l’abstention, la majorité requise était de dix voix.

Le ministère israélien des Affaires étrangères a qualifié de « souillure morale » la décision de l’Unesco, affirmant qu’elle niait l’histoire juive de la cité située en Cisjordanie occupée. Hébron abrite un monument qui est à la fois revendiqué par les religions juive et musulmane. Selon les juifs, le tombeau des Patriarches abriterait la dépouille d’Abraham, père des trois religions monothéistes, de son fils Isaac, de son petit-fils Jacob et de leurs épouses Sarah, Rebecca et Léa. Le site est également sacré pour les musulmans qui l’appellent Mosquée d’Ibrahim.

Tombeau ou Mosquée

« La décision de l’Unesco sur Hébron et le tombeau des Patriarches est une souillure morale. Cette organisation sans importance promeut l’HISTOIRE FAUSSE. Honte à l’Unesco », a écrit sur Twitter peu après le vote le porte-parole du ministère, Emmanuel Nahshon.

L’Unesco a de son côté mis en avant la « valeur universelle exceptionnelle en danger » d’Hébron pour justifier sa décision.

Hébron abrite une population de 200.000 Palestiniens et de quelques centaines de colons israéliens, retranchés dans une enclave protégée par des soldats près du lieu saint. Les Palestiniens estiment que le site est menacé en raison d’une montée « alarmante » du vandalisme contre des propriétés palestiniennes dans la vieille ville, qu’ils attribuent aux colons israéliens. Les représentants palestiniens à l’Unesco ont salué le classement du site comme un « succès » de leur diplomatie.

Les responsables israéliens estiment que la résolution sur Hébron, qui qualifie cette ville « d’islamique », nie une présence juive de 4.000 ans.