VIDEO. Brexit: Le réalisateur Ken Loach prédit un déclin du cinéma britannique

BREXIT Le réalisateur est toujours fermement opposé au Brexit…

20 Minutes avec agence

— 

Ken Loach aux BAFTAs en février 2017
Ken Loach aux BAFTAs en février 2017 — WENN

Ken Loach, qui a reçu la Palme d’Or, l’année dernière au Festival de Cannes, pour son film Moi, Daniel Blake, continue de mettre en garde sur les conséquences du Brexit. Le réalisateur a milité pour le maintien du Royaume-Uni dans l’Europe, et si ses concitoyens ont décidé du contraire, il a bien l’intention de continuer à défendre ses positions.

S’appuyant sur son long-métrage multi-récompensé, il explique qu’il n’aurait pas pu le faire si son pays avait été en dehors de l’Europe. En effet, il s’agit d’une co-production entre le Royaume-Uni, la France et la Belgique. Pour le réalisateur, le Brexit va faire fuir les potentiels travailleurs dont le cinéma a besoin, mais aussi réduire l’intérêt des producteurs étrangers à investir dans le cinéma britannique.

« Nos accords de coproduction dépendent de travailleurs venant d’autres pays pour bosser sur nos films. Si tout devient très bureaucratique et difficile, si nous quittons l’Union Européenne, ça va rendre tout bien plus difficile et il y a un danger que cela arrive », a-t-il déclaré dans le Hollywood Reporter.

>> A lire aussi : VIDEO. Ken Loach s’en prend à la BBC

Si le processus administratif est trop lourd, les investisseurs pourraient fuir 

Pour Ken Loach, le pire serait d’empêcher la liberté de mouvement des personnes. « La liberté de mouvement a permis aux Belges de venir (travailler sur son film, Moi, Daniel Blake), donc si la liberté de mouvement cesse, ça va mettre des bâtons dans les roues », a-t-il ajouté. Il estime également que si le processus administratif pour venir travailler au Royaume-Uni lorsqu’on n’est pas britannique est trop « lourd », ça va tout simplement faire fuir les investisseurs. Selon lui, ils « ne vont pas se prendre la tête » à essayer de travailler avec le Royaume-Uni, s’il y a moins de bureaucratie ailleurs.

Pour l’instant, le Royaume-Uni fait toujours partie de l’Union Européenne. Le pays doit trouver un accord avec les 27 membres et s’est donné deux ans pour y parvenir.