VIDEO. Le come-back de Céline Dion: Mais d’où vient ce retour de hype?

FASHION En quelques mois, la chanteuse est devenue une icône fashion…

L.Be.

— 

Céline Dion pendant son concert à AccorHotels Arena le 4 juillet 2017
Céline Dion pendant son concert à AccorHotels Arena le 4 juillet 2017 — SADAKA EDMOND/SIPA

Bientôt cinquante ans et plus hype que jamais. Ne levez pas les yeux au ciel, Céline Dion fait un retour en force. De kitsch à icône fashion, il n’y a qu’un pas et la chanteuse québécoise en est la preuve vivante. Une photo nue dans Vogue, des concerts en tenues ultra-pointues, 900.000 exemplaires de son dernier album vendus… Elle attire tous les regards et sait mettre la presse à ses genoux. Comment Céline Dion a-t-elle réussi son atterrissage en pays du cool ? On dissèque le parcours de ses derniers mois.

La mort de René

« Si le changement s’est opéré progressivement au cours de ces dix dernières années, le moment décisif reste la mort de son manager et mari de longue date, René Angelil », note l’hebdomadaire canadien Macleans qui observe que ses moindres faits et « gestes sont prescripteurs de cool ». Elle n’a plus de boss, elle est libre et elle le montre. En concert dans la capitale française mardi à l’AccorHotels Arena (Bercy pour les nostalgiques), la chanteuse aux 230 millions d’albums vendus a débarqué sur la scène, une veste argentée sur le dos, et enchanté le public pendant deux heures. Elle change de ton par rapport à sa prestation chargée d’émotion l’année dernière, quelques mois après le décès de son époux. Pour Le Ballet, qu’elle n’avait pas interprété depuis 1996, elle se lance dans un corps à corps torride avec un danseur, raconte Steven Bellery pour RTL.

Pas le même ton avec la presse non plus. Celle qui ne posait pas un pied sur le sol français sans jouer le jeu des médias, enchaînant les interviews et prévoyant au moins une conférence de presse pendant son séjour, n’a rien prévu de particulier cette fois-ci -tout juste un journal de 20H, relève Gala-. Faire parler sans dire un mot. Sexy Céline crée le désir et met de la distance avec son public.

Le nouveau personnage se dessine dans les rangs des fashionistas. On la voit partout à la fashion week de Paris consacrée aux collections haute couture automne-hiver 2017-2018. Photographiée au défilé Dior à côté de la papesse de la mode et directrice artistique de Vogue US, Anna Wintour, au premier rang de l’Italien Giambattista Valli, « Céline Dion arbore des looks de créateurs, des plus exubérants au plus sobres mais toujours avec beaucoup d’élégance et de style. La chanteuse s’est hissée en quelques mois au rang d’icône de mode », observe pour sa part le magazine Elle.

Le virage sensuel

View this post on Instagram

Here's a little naked fact to ponder while Celine Dion changes looks between shows: for the past five years she has worn haute couture near exclusively for her own performances (in Las Vegas and on her current "mini-tour" of Europe). She performs a minimum two hours a night, five or six nights a week, dancing and curtseying and generally gesticulating sans abandon, in handmade, hand-beaded delicacies designed solely to walk a catwalk or a carpet (and often with handlers). For Celine's orders, the houses send teams to Nevada for typically three fittings, before the garments are ultimately finished in her local, private atelier. Armani Prive, Schiaparelli, Giambattista Valli, Versace...only a partial list. Everyone, basically. In Vegas, Velcro panels are added to allow for her ribcage to expand or for a quick outfit change. Micro straps of elasticized chiffon prevent a slit from becoming a sloppy situation mid-squat. Shoes—always heels, never platforms—are ordered one size smaller (she is normally a 38) and refitted with metal shanks. Says Celine, "We have to make haute couture industrial." And, more enigmatically: "The clothes follow me; I do not follow the clothes." Which is to say: the haute couture, with all its fragility and handcraft, has to perform professionally for Ms. Dion. And privately as well. Years ago, Celine bought a classic little black dress from the Christian Dior atelier when the house was overseen by John Galliano. It is simple, falling to mid calf, and narrow as can be with just a hint of stretch. It requires a minimum of jewelry, a statement bracelet or perhaps one of the major diamond rings she designed with her late husband Rene Angelil: two pear cuts set in a wide pave band, or two hearts of diamond and emerald abstractly interlocking, on a cushion of yet more diamonds. This LBD forces you to walk one foot in front of the other. This is a dress Celine knows well and clearly loves, the simplest evocation of the private luxury of couture and the total antithesis of the red carpet hoopla that attends the union of fashion and celebrity. It is also the dress she wore to Rene's funeral. #CelineTakesCouture Photo by @sophfei.

A post shared by Vogue (@voguemagazine) on

Et comme pour signer son virage sensuel, la star a posé nue pour le magazine Vogue. L’un des clichés de la séance photo a été dévoilé sur Instagram et s’est répandu sur la Toile. Sa robe en cuir jaune signée Christian Dior, qu’elle portait au défilé quelques heures auparavant, est derrière elle, l’une de ses bottes traîne par terre à côté d’elle. La reine de la mode est assise sur une chaise, nue, les jambes croisées. Affichant une pose semi-naturelle, elle cache les parties les plus intimes de son anatomie. Céline Dion a troqué ses robes bling bling contre les pièces des plus grandes maisons. Une it-girl élégante est née.