J'aime pas le classique, sauf... quand je mange

PLAISIR Comme les Rencontres musicales d’Evian, qui s’ouvre avec un « apéritif musical et champêtre », les festivals sont de plus en plus nombreux à proposer de savourer la musique classique avec un bon repas…

Claire Barrois

— 

Produits locaux, foodtrucks... Les festivals proposent aux amateurs de musique d'allier concerts et restauration.
Produits locaux, foodtrucks... Les festivals proposent aux amateurs de musique d'allier concerts et restauration. — Silberfuchs / Flickr
  • Cet été, « 20 Minutes » vous propose de découvrir la musique classique en allant au concert.
  • Comme les Rencontres musicales d’Evian et les Musicales de Pommiers, de plus en plus de festivals proposent des concerts qui allient musique et gastronomie.
  • Un concept qui revient à la forme initiale des concerts, avant qu’on décide qu’il fallait rester assis et silencieux, au XIXe siècle.

« On n’est pas bien là, paisible, à la fraîche ? » On vous laisse compléter cette citation des Valseuses, en attendant, vous voyez l’idée. Un soir d’été, posey, dans un parc au frais, à écouter de la musique (classique) avant de vous attaquer à un bon casse-croûte, vous vous y voyez déjà ? Ça tombe bien, parce que de plus en plus de festivals proposent d’allier bonne bouffe et bonne musique. Et ça commence dès ce vendredi soir aux Rencontres musicales d’Evian.

>> A lire aussi : J'aime pas le classique, sauf... cet été dans les festivals

Des barrières en moins pour les spectateurs

L’idée d’ouvrir les Rencontres musicales d’Evian avec un « apéritif champêtre et musical », à la veille du concert d’ouverture, est avant tout symbolique. « On a voulu faire un événement convivial, populaire et festif, expliqueAlexandre Hemardinquer, le directeur exécutif du festival. Le concert a lieu sur le plateau de Gavot, un vaste espace dans lequel les gens du coin se retrouvent pour pique-niquer. L’espace est sympa, il nous évite la barrière symbolique de la salle, et nous permet d’inviter des producteurs locaux pour grignoter à la fin du concert. »

Associer musique et nourriture, c’est de plus en plus fréquent, mais ça n’est absolument pas nouveau. « Le cadre du concert tel qu’on le connaît date du XIXe siècle, explique Stéphane Dorin, sociologue et auteur de La musique classique et ses publics (éd. Archives contemporaines). En organisant des concerts on revient à des formes plus anciennes, moins strictes. A Toulouse par exemple, on peut assister à des concerts dégustation de foie gras. Ce n’est pas révolutionnaire, mais ça abaisse un certain nombre de barrières. »

Des rendez-vous multi-culturels

Aux Musicales de Pommiers, « on aime bien fédérer plusieurs arts en même temps ». Entendez un foodtruck à la sortie des concerts, et même un café-concert intitulé Bach & Brunch. Pour les frères La Marca (Adrien, altiste, et Christian-Pierre, violoncelliste), leur festival est « épicurien, comme nous. On veut créer un rendez-vous humain, où les gens sont heureux de se retrouver. Nous souhaitons qu’ils profitent avec les oreilles et les papilles. »

Stéphane Dorin prévient tout de même que « le goût musical prime. On se rend à ces concerts pour écouter de la musique qu’on aime ou qu’on a envie de découvrir. » Un principe bien intégré par les frères La Marca qui profitent de ces concerts du dimanche matin, dans lesquels le public est à la fois plus jeune et plus familial, pour « proposer des découvertes et faire des piqûres de rappel sur les grands classiques ». En attendant « les créations culinaires à tarif préférentiel »… Comptez 10 euros pour un repas complet (entrée plat dessert) conçus à partir de produits frais et bios. Ça donne envie de se mettre à aimer le classique, non ?

>> A lire aussi : QUIZ. Connaissez-vous ces musiques classiques utilisées dans des publicités?