Bourse de commerce: François Pinault se paie une adresse rue du Louvre pour son musée d’art contemporain

ARCHITECTURE On en sait un peu plus sur le projet architectural du futur lieu parisien qui accueillera les œuvres de la collection du milliardaire…

Benjamin Chapon

— 

François Pinault et Tadao Ando devant la Bourse de commerce à Paris
François Pinault et Tadao Ando devant la Bourse de commerce à Paris — Fred Marigaux

Quatorze mois après l’annonce, à la surprise générale, de l’intention de la Mairie de Paris de confier à François Pinault le soin de créer un musée d’art contemporain dans la Bourse de commerce, les principaux acteurs du dossier ont expliqué les grandes lignes du projet architectural, ce lundi à Paris.

L’architecte japonais Tadao Ando était présent

Le chantier a déjà commencé et doit s’achever fin 2018 pour une ouverture au public début 2019. Et comme François Pinault a horreur (euphémisme) des retards de chantier, ce calendrier devrait être tenu. L’architecte japonais Tadao Ando était présent lundi, sous la verrière du fameux bâtiment parisien situé en bordure du jardin des Halles.

« On a déjà quelques aventures ensemble, certaines malheureuses, d’autres très heureuses… », a raconté François Pinault en faisant allusion au douloureux projet avorté de l’île Seguin et à la réussite de la restauration de la pointe de la Douane à Venise.

Un cercle dans le rond

La Bourse de commerce sera le troisième lieu abritant la collection d’art contemporain de François Pinault qui a déjà ouvert deux musées à Venise. Nul doute qu’avec ses 3 500 mètres carrés de surface d’exposition, la splendide Bourse de commerce, stratégiquement placée à mi-distance du Louvre et du Centre Pompidou comme l’a noté François Pinault avec gourmandise, deviendra le vaisseau amiral de la collection Pinault.

Image de synthèse du projet architectural de Tadao Ando pour la Bourse de Commerce à Paris
Image de synthèse du projet architectural de Tadao Ando pour la Bourse de Commerce à Paris - Artefactory Lab ; Tadao Ando Architect & Associates ; NeM / Niney & Marca Architectes ; Agence Pierre-Antoine Gatier.

Le projet architectural de Tadao Ando prévoit de construire un nouveau cercle, avec les parois de béton armé qui sont devenuesla signature du Japonais, au centre de la cour centrale circulaire du bâtiment. Cela créera un immense espace sphérique sans plafond pouvant accueillir les œuvres de très grandes dimensions. Les étages accueilleront les espaces d’exposition. Les murs de la structure centrale monteront au niveau du premier étage et permettront une circulation plus fluide grâce à une sorte de balcon. Il y aura également un auditorium en sous-sol et un restaurant au dernier étage.

L’art, ça cote, le patrimoine, ça coûte

Mais le gros du projet architectural de la Bourse de commerce ne semble pas porté par Tadao Ando. Pierre-Antoine Gatier, architecte en chef des monuments historiques, a été recruté pour piloter le projet de restauration d’un bâtiment classé à l’histoire très riche. Les termes « exigence patrimoniale », « conservation préventive exemplaire » ou encore « restauration ambitieuse » ont été prononcés. Plusieurs fois. Le coût des travaux, qui dépassera les 100 millions d’euros, sera ainsi largement imputé à la restauration précautionneuse du monument, notamment des fresques de la voûte et de la coupole en fer et verre.

Image de synthèse du projet architectural de Tadao Ando pour la Bourse de Commerce à Paris
Image de synthèse du projet architectural de Tadao Ando pour la Bourse de Commerce à Paris - Artefactory Lab ; Tadao Ando Architect & Associates ; NeM / Niney & Marca Architectes ; Agence Pierre-Antoine Gatier.

Evidemment, le cliché opposant et liant la tradition, l’histoire, le patrimoine d’une part et le développement, l’innovation et l’audace d’autre part a été l’un des leitmotivs de la présentation du projet. La collection Pinault est en effet tournée vers l’art le plus contemporain.

Changement d’adresse

Anne Hidalgo a dit son « impatience de voir ce lieu enfin ouvert à tous ». La maire de Paris a assuré qu’elle transformerait « cette impatience en action pour faciliter les choses ». Sur le ton de la boutade (?), Jean-Jacques Aillagon, conseiller de François Pinault, a demandé à Anne Hidalgo s’il serait possible de changer l’adresse de la Bourse de commerce, qui est officiellement située rue de Viarmes, en une adresse rue du Louvre : « Il faudrait créer un 40bis. »

Anne Hidalgo n’est plus à un cadeau près. Si le projet de François Pinault pour la Bourse de commerce est unanimement considéré comme une chance pour Paris, certains se sont émus du « faible » loyer réclamé par la ville au milliardaire : 7,5 millions d’euros pendant 2 ans, puis 60 000 euros. Le prix d’une création d’adresse rue du Louvre.