Les Schtroumpfs passent à l'attaque

BANDE-DESSINEE Des milliers de ces petites créatures ont envahi les rues d'Angoulême...

Benjamin Chapon

— 

Invasion de Schtroumpfs dans le centre-ville d'Angoulême.
Invasion de Schtroumpfs dans le centre-ville d'Angoulême. — 20 Minutes

Panique à Angoulême! La nuit dernière, sur le coup des cinq heures du matin et alors que les dernières grappes d’auteurs avinés venaient de rallier à grand peine leurs chambres d’hôtel, s’est produit un événement qui ferait sauter Mulder et Scully dans le premier avion à destination de la Charente: un éclair d’un blanc à l’intensité aveuglante zébra, l’espace de quelques micro-secondes, la nuit pourtant profonde qui enveloppait la vieille ville.

Réveillés par la lueur, nos courageux reporters se rendirent aussitôt sur les lieux, impatients d’enfin livrer un «scoop-de-la-mort-qui-tue» (qui leur promettrait sinon le Prix Pulitzer, au moins l’admiration de leur rédaction). Arrivés à l’Hôtel de Ville d’Angoulême, ils constatèrent avec effroi que le centre avait subi une invasion que seul un type comme Tom Cruise avait quelque chance de contrarier… ou Arnold Schwarzenegger à la limite, mais c’est pas certain.

Schtroumpfs blancs

Bref, les pelouses attenantes grouillaient de créatures dont la petite taille aurait prêté à ricaner si les envahisseurs n’avaient pas été en tel nombre (pensez qu’on a en compté presque quatre mille, et que ça a pris un temps fou parce qu’ils n’arrêtaient pas de gigoter dans toutes les directions).

Après s’être abrités dans la benne d’un camion de ramassage d’ordures (pour masquer leur odeur d’humains, trop identifiable), nos reporters se livrèrent à un examen attentif des entités qui gambadaient alentour. Leur expertise mondialement reconnue leur permit d’établir qu’il s’agissait, sans coup férir, de Schtroumpfs!!! Mais blancs. De Schtroumpfs blancs, quoi…

«Tatata», doivent s’offusquer les connaisseurs, «c’est n’importe quoi, les schtroumpfs sont bleus!». Oui, ben ceux-là étaient bien blancs et leur plastique boudinée interdisait le moindre doute. Bien que ne manifestant aucune agressivité, leurs mines blafardes n’appelaient pas le baiser. Et comme ils étaient bien au chaud, nos envoyés spéciaux se résolurent à ne pas quitter leur poste d’observation avant que les petits coquins n’aient tous disparu, emportés par des hordes d’écoliers qu’un tel spectacle semblait mettre en joie.

Post scriptum: Après vérification de ces informations, il s’avère que cette invasion de Schtroumpfs est des plus pacifiques. Les 4.000 figurines ont ainsi été disposées pour être «cueillies» par les enfants d’Angoulême. L’opération marque le 50ème anniversaire de la création, par Peyo, des Schtroumpfs. D’autres figurines sont en vente, au profit de l’Unicef.