VIDEO. E3 2107: «Assassin's Creed Origins», l'épisode de la rédemption pour Ubisoft?

JEUX VIDEO «Assassin's Creed» doit se retrouver une légitimité, et va la chercher en Egypte, pour une sortie sur consoles prévue le 27 octobre prochain...

De notre envoyé spécial à Los Angeles, Vincent Julé

— 

«Assassin's Creed Origins» revient aux origines de la mythologie du jeu et de notre Histoire, en Egypte
«Assassin's Creed Origins» revient aux origines de la mythologie du jeu et de notre Histoire, en Egypte — Ubisoft

Déjà dix ans d’Assassin’s Creed et déjà plus de 20 jeux ! Avec son épisode principal par an et ses déclinaisons tous supports, la licence phare d’Ubisoft a saturé le marché et lassé les joueurs. Et pour ne rien arranger, le film avec Michael Fassbender n’était ni fait, ni à faire.

Le temps de la remise en question est donc venu, et après une année de pause et des rumeurs d’arrêt pur et simple de la saga, Assassin’s Creed est de retour… à ses origines.

>> E3 2017: «Assassin's Creed Origins», «Far Cry 5»... Les bandes-annonces des jeux Ubisoft

Un petit goût d’Egypte

Sans faire table rase du passé, Ubisoft met toutes les chances de son côté en racontant les prémisses de la guerre secrète entre les Assassins et les Templiers. En pleine Egypte antique, le joueur a entre les mains le destin de Bayek, un Medjaÿ qui tient le rôle de protecteur pour son peuple.

Si les liens avec la mythologie Assassin et la fameuse machine Animus restent encore mystérieux à ce stade, le travail des équipes d’Ubisoft Montréal pour, comme le dit son directeur Ashraf Ismail, « donner un petit goût d’Egypte », est impressionnant. Qu’il s’agisse des décors somptueux, de la faune et flore bien représentées ou du gigantisme réel ou fantasmé de cette époque.

>> «Assassin's Creed»: Ubisoft confirme développer une série télé (pour Netflix?)

Si Assassin’s Creed ne fait pas non plus sa révolution en termes de gameplay, il devrait proposer de nouveaux modes de transport, de jeu et de combat. Et premier bon point, le jeu ne pourra pas être taxé de « whitewashing » puisque contrairement au film Gods of Egypt, héros et personnages égyptiens de Origins ont gardé la bonne couleur de peau.