«Tekken», champion du monde poids lourd des jeux de combat depuis 20 ans

JEUX VIDEO Avec «Tekken 7», l'éditeur renouvelle la saga tout en préservant les fondamentaux. Les secrets d'un succès qui dure depuis 20 ans...

Jean-François Morisse
Tekken 7 propose pas moins de 35 combattants différents.
Tekken 7 propose pas moins de 35 combattants différents. — Bandai Namco

Plus de 20 ans après, Tekken reste une série phare des jeux de combat. Après des débuts en salles d’arcade en 1994 puis un an plus tard sur la première PlayStation qui a popularisé la saga, Tekken revient dans un tout nouvel épisode ce 2 juin (PS4, XboxOne, PC).

Tekken 7, c’est une fresque familiale épique dans laquelle on retrouve pour le plus grand plaisir des fans les principaux membres de la famille Mishima parmi les 35 combattants disponibles.


En deux décennies la série n’a pas manqué de se renouveler. « La saga a beaucoup évolué au fil des ans concède Michael Murray, game designer chez Namco Bandai, Tekken a été un des tout premiers jeux du genre jouable en ligne, de quoi permettre à la franchise de s’écouler à plus de 44 millions d’exemplaires dans le monde ». Une jolie performance à une époque où les FPS (jeux de tir à la première personne à la Call of Duty) et les TPS (jeux d’action comme GTA V ou bien L’Ombre de la guerre) règnent en maître sur le marché des jeux vidéo pour consoles.

Asuka dans ses oeuvres. Malgré les coups spéciaux, Tekken 7 reste un jeu
Asuka dans ses oeuvres. Malgré les coups spéciaux, Tekken 7 reste un jeu - Bandai Namco

Au milieu d’une concurrence dense dans les années 90, Tekken a su trouver sa place dans le paysage vidéoludique entre un Street Fighter techniquement plus exigeant et des titres comme Mortal Kombat, Killer Instinct ou encore plus récemment Injustice. Une place à part qui explique en partie sans doute la longévité de ce jeu japonais. « Tekken n’est clairement pas une simulation de combat accorde Michael Murray il n’en demeure pas moins réaliste ». S’ajoutent à cela de constantes évolutions techniques qui assurent au titre de rester dans l’air de temps. Ce septième opus utilise ainsi le récent moteur 3D Unreal Engine 4.

Eddy Gordo, spécialiste de la capoeira, est devenu un personnage incontournable depuis Tekken 3.
Eddy Gordo, spécialiste de la capoeira, est devenu un personnage incontournable depuis Tekken 3. - Bandai Namco

De quoi proposer des graphismes haut de gamme qui ont souvent été un atout pour les différents épisodes de la série et cela, dès ses débuts quand elle concurrençait le Virtua Fighter de Sega. Il faut néanmoins jeter un œil à des images du premier opus pour s’apercevoir que 20 ans dans le domaine du jeu vidéo correspondent à une véritable éternité et que Tekken est un titre qui a clairement su évoluer au fil des années, faisant de sa maîtrise technique un de ses atouts majeurs.

Tekken, un précurseur de l’eSport

Mais le secret derrière Tekken, comme pour d’autres jeux de combat Street Fighter en tête, c’est aussi la compétition. Pourtant, quand on lui parle d’eSport, Michael Murray s’amuse : « L’eSport, c’est juste un mot pour faire le buzz, les jeux de combats ont toujours proposé des tournois dans les salles d’arcades ou sur consoles et cela partout dans le monde, nous n’avons pas attendu que le mot devienne à la mode pour proposer des compétitions ».

A droite Heihachi Mishima l'un des personnages emblématiques de la saga des Tekken depuis les origines.
A droite Heihachi Mishima l'un des personnages emblématiques de la saga des Tekken depuis les origines. - Bandai Namco

Une façon de maintenir la communauté de fans en alerte depuis de très nombreuses années. Néanmoins, avec Tekken 7, l’éditeur japonais entend rappeler au monde entier sa place de précurseur sur la scène des jeux compétitifs en organisant avec Twitch, le site de diffusion de vidéos spécialisé dans les contenus jeux vidéo, un championnat du monde Tekken 7 qui sera doté d’une récompense de 200 000 dollars (environ 180 000 euros). De quoi motiver les fans de la première heure comme les nouveaux venus. L’illustration de la vitalité d’une saga qui, depuis deux décennies, enchaîne les succès comme d’autres les combos.