Pas de film français à l’Oscar du meilleur film étranger

AA

— 

Les jeux sont faits aux Oscars avec la fin mardi des opérations de vote du collège de l'Académie des arts et des sciences du cinéma, cinq jours avant la cérémonie des prestigieuses récompenses à Hollywood.
Les jeux sont faits aux Oscars avec la fin mardi des opérations de vote du collège de l'Académie des arts et des sciences du cinéma, cinq jours avant la cérémonie des prestigieuses récompenses à Hollywood. — Don Emmert AFP/Archives

Et «Persepolis» alors? Le film d’animation de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud ne figure pas dans la présélection faite par l’Académie des Oscars des longs métrages susceptibles de remporter l’Oscar du meilleur film en langue étrangère.
Lui ont été préférés neuf autres films, dont «L'âge des ténèbres» de Denys Arcand (Canada), «Les Faussaires» de Stefan Ruzowizky (Autriche), «L'inconnue» de Giuseppe Tornatore (Italie), «L'année où mes parents sont partis en vacances» de Cao Hamburger (Brésil), 12 de Nikhita Mikhalkov (Russie), «Beaufort» de Joseph Cedar (Israël), «Mongol» de Sergueï Bodrov (Kazakhstan), «The Trap» de Srdan Golubovic (Serbie) et «Katyn» d'Andrzej Wajda (Pologne).

En attendant de connaître la liste définitive (il n’y en aura plus que cinq films au final), mardi prochain, «Persepolis», déjà lauréat d’un nombre de prix importants et dans le top 10 des films préférés de 20minutes.fr en 2007, peut encore espérer concourir pour l’Oscar du meilleur film d’animation.

La grogne française

Mais en coulisses, certains se demandent pourquoi la France n’a pas présenté «La Môme» d’Olivier Dahan plutôt que «Persepolis» à l’Académie des Oscars. «Les membres du comité de sélection qui ont voté pour Persepolis doivent s’interroger en leur âme et conscience sur les conséquences de leur choix, regrette le producteur de La Môme, Alain Goldmann. Aujourd’hui, je pense qu’ils se sont lourdement trompés. La Môme a été un succès en France et aux Etats-Unis (et a valu un Golden Globe à Marion Cotillard, ndlr). Depuis Indochine, jamais notre pays n’avait été si proche de l’Oscar du meilleur film étranger. C’est à la France qui l’ont enlevé!»