Derrière les chemises à fleur, un danseur doublé d'un pêcheur

CULTURE Le parcours de Carlos révèle des surprises...

Alice Antheaume

— 

Carlos à l'enregistrement de l'emission "20h10 petantes" en décembre 2004
Carlos à l'enregistrement de l'emission "20h10 petantes" en décembre 2004 — SIPA

Sa chemise Hawaï taille XXL précédait sa mine joviale. Carlos - de son vrai nom Yvan-Chrysostome Dolto, est mort d’un cancer quelques semaines avant de fêter ses 65 ans.

Habitué des plateaux télé, invité quasi permanent du club Dorothée, membre des «Grosses Têtes», animateur de l’émission «Salut les copains», proche de Michel Drucker, il a, toute sa vie durant, été le symbole de la culture dite populaire. Et notamment, de la chanson «pouet pouet», celle qui passe bien à la télévision.

«Approchez, approchez on va danser le big bisou/Big bisou en anglais ça veut dire gros baiser», chante-t-il en 1977. C’est lui aussi qui signe la chanson qui fait la pub d’un jus de fruit et en devient l’égérie en 1980: «Oasis, Oasis, c’est beau, c’est bon!». Ou encore «A la queue leu leu» et «Allez la France» pour supporter les Bleus à la Coupe du monde de foot de 1998.




CARLOS BIG BISOUS
envoyé par generationdo

Malgré un physique encombrant, Carlos avait une réputation de très bon danseur et une voix plutôt solide. Son pseudo est d’ailleurs un hommage au percussionniste Carlos Patato-Valdes qui, dit son site officiel, «le fascinait.»

Ami de Michel Sardou, Johnny Hallyday et de Sylvie Vartan -qui seront les témoins de son mariage en 1977, il sera l’assistant de cette dernière et assurera ses chœurs quand ce n’était pas la première partie de ses concerts.

>> A venir: un vidéorama sur Carlos >>

Cependant, Carlos n’a pas fait que roucouler des airs qui balancent. Dans son CV, des filiations surprenantes: il était le fils de Françoise Dolto, la célèbre pédopsychiatre, et a obtenu un diplôme de kinésithérapeute dans l’école fondée à Paris par son père, Boris Dolto, émigré russe, avant d’aider, dès 1985, Coluche à fonder les «Restos du cœur». Autre surprise de son parcours: Carlos réalisait, pour les chaînes Odyssée et Voyage, des reportages sur la pêche («Le gros homme et la mer»), une activité qu'il pratiquait sans pudeur.