Eurovision 2017: Le Portugal remporte sa première victoire

MUSIQUE Le Portugais Salvador Sobral a remporté la 62e édition de l’Eurovision, à Kiev, avec une chanson qui n’a rien d'« eurovisionnesque »…

Fabien Randanne

— 

Salvador Sobral, candidat du Portugal à l'Eurovision.
Salvador Sobral, candidat du Portugal à l'Eurovision. — Efrem Lukatsky/AP/SIPA
  • La finale de l’Eurovision 2017 s’est tenue samedi à Kiev (Ukraine).
  • Parmi les vingt-six candidats en lice, c’est le Portugais Salvador Sobral qui a triomphé avec sa chanson « Amar Pelos Dois ».
  • C’est dans la dernière ligne droite que Salvador Sobral a dépassé l’Italien Francesco Gabbani qui faisait figure de grand favori chez les bookmakers…

De notre envoyé spécial à Kiev (Ukraine)

Dans sa chanson, Amar Pelos Dois, il chante que son cœur peut « aimer pour deux ». En retour, il a reçu l’amour du jury et du public européen (et australien) qui en ont fait le grand gagnant de l’ Eurovision 2017 dans la nuit de samedi à dimanche.

L’émotion de sa prestation sans fioritures a su toucher les spectateurs du Centre d’exposition de Kiev et transpercer les écrans pour conquérir les téléspectateurs. Avec son morceau mélancolique composé par sa sœur et teinté de bossa-nova, le Lisboète de 27 ans offre au Portugal sa première victoire en 49 participations. Jusque-là, le meilleur résultat de ce pays était une sixième place, en 1996.

Le triomphe de Salvador Sobral n’est pas vraiment une surprise. Mais c’est surtout dans la dernière ligne droite que la belle histoire s’est écrite. Pendant plusieurs mois, l’Italien Francesco Gabbani était présenté comme le grand favori avec son Occidentali’s Karma (lui, a terminé à la sixième place). C’est à pas feutré que le Portugais a fait son chemin vers la victoire. D’abord invisible dans les radars des bookmakers, Amar Pelos Dois s’est hissée lentement vers la tête du classement des parieurs, jusqu’à détrôner le Transalpin ce vendredi après-midi.

D’abord, il y a eu l’inquiétude

Tout s’est joué au cours de cette dernière semaine, à Kiev. Le séjour ukrainien a d’abord commencé sous le signe de l’inquiétude. Salvador Sobral est arrivé une semaine après la majorité des autres candidats. Le chanteur souffre d’une maladie cardiaque et les organisateurs ont accepté qu’il diffère sa venue. Sa sœur, Luisa, a assuré les deux répétitions principales. C'est d'ailleurs elle qui, pour un beau moment suspendu, l'a rejoint sur scène après sa victoire pour chanter avec lui.

Salvador Sobral (chemise bleue) arrive au dernier moment sur le tapis rouge de l'Eurovision à Kiev, le 7 mai 2017.
Salvador Sobral (chemise bleue) arrive au dernier moment sur le tapis rouge de l'Eurovision à Kiev, le 7 mai 2017. - Farouk Vallette

 

Dimanche, il est apparu à la dernière minute sur le tapis rouge sur lequel ont défilé tous les candidats de cette année. Il semblait alors fragile et quelque peu déstabilisé par le ballet de photographes et de micros.

Prises de positions

Mais le représentant portugais n’a pas fait défaut le lundi soir, lors de la grande répétition générale de la première demi-finale, destinée aux votes des jurys, ni le lendemain, lors du show diffusé en direct dans le monde entier. Salvador a décroché sans surprise l’une des dix places pour la finale.

Filmé dans la Green room, l’espace en fond de salle où les artistes patientent en attendant les résultats, il s’amusait à faire des grimaces ou à prendre des poses saugrenues, révélant un sens certain de l’autodérision. Quelques instants plus tard, en conférence de presse, il avait revêtu un sweat « SOS Refugees », tout en alertant sur le sort des migrants en Europe. L’Union européenne de radio-télévision, organisatrice du concours, lui a demandé de ne plus le porter car elle voyait dans cette tenue un message politique. « C’est un message humanitaire… essentiellement humain », a rétorqué le chanteur auprès de Wiwibloggs qui s'est quand même plié à la requête.

 


Loin de la légèreté de certains candidats, Salvador Sobral n’a eu de cesse de souligner qu’il prend la musique au sérieux et déteste les chansons « fast-food » (comprendre par là sans âme, vite écoutées, vite oubliées). En faisant triompher Amar Pelos Dois, les jurys et les téléspectateurs ont montré qu’ils étaient du même avis. Une chanson en portugais, à la mise en scène minimaliste, sans effet tape à l’œil… a remporté l’Eurovision. Une preuve que ce concours n’est jamais tout à fait ce que l’on pense qu’il est.