Build 2017: Ce n’est pas encore la révolution, mais Microsoft se voit déjà dans le futur

HIGH TECH L'édition 2017 de la conférence Build de Microsoft était riche en annonces. On fait le tri...

Laure Beaudonnet

— 

Des membres de l'équipe du Cirque du soleil présente l'intérêt de la réalité mixte pour travailler leurs spectacle pendant la conférence Build le 11 mai 2017.
Des membres de l'équipe du Cirque du soleil présente l'intérêt de la réalité mixte pour travailler leurs spectacle pendant la conférence Build le 11 mai 2017. — Elaine Thompson/AP/SIPA

De notre envoyée spéciale à Seattle (Etats-Unis),

Au deuxième et dernier jour de la keynote, la firme de Redmond n’a pas révolutionné le monde des ordinateurs mais elle se voit déjà dans le futur. Si Microsoft n’a pas présenté de nouveautés de l’envergure de l’HoloLens -dévoilé en 2015-, cette édition de la conférence Build était riche. Axée sur l’open source, le cross-plateformes (des applications qui marchent sur iOS, Android, Windows) et une expérience unifiée entre les appareils (les mêmes fichiers sont accessibles sur votre téléphone, votre ordinateur et vos objets connectés), le géant du Web a mis le paquet niveau annonces. On fait le tri des vraies surprises du cru 2017.

>> A lire aussi : Retrouvez les annonces de la première journée de la keynote ici

Le montage vidéo dopé à l’IA

C’est l’une des petites bombes de la deuxième journée. La démonstration de Story Remix, un outil de montage vidéo simplifié sur Windows 10 Fall Creators Update, n’a pas laissé indifférent. « C’est le genre de choses qu’on voyait chez Apple il y a dix ans, c’est simple, efficace, il suffit d’un clic », souligne Julien Bergounhoux, spécialiste High-Tech chez Usine Digitale. Avec ça, plus besoin de suivre une formation de montage pour réaliser un court-métrage potable avec photos, vidéos, effets spéciaux et éléments en 3D.

Avec une bonne dose d’intelligence artificielle (et de machine learning), l’appli reconnaît les personnages, elle est capable de retrouver toutes les images qui concernent celui qui nous intéresse, et hop, elle réalise un prémontage qu’on n’a plus qu’à éditer. On peut ajouter ensuite des éléments en trois dimensions, un commentaire au-dessus de la tête de notre héros (qui le suivra dans ses déplacements), changer de musique. Et le tour est joué.

« N’importe quel développeur peut intégrer l’outil vidéo dans sa propre appli », relève le journaliste. Pour Alain Regnier, CTO d’Altolabs, c’est clairement l’une des annonces marquantes. « Je n’ai jamais vu ça ailleurs, à la différence d’autres annonces qui cherchaient plutôt à rattraper un certain retard sur Amazon ou Google ».

>> A lire aussi : Trois jours dans le monde des développeurs, on s'est senti un peu seul

La réalité mixte se conjugue au futur

Microsoft annonce la sortie de casques Acer avec ses contrôleurs, mêlant réalité virtuelle et augmentée. Si la firme arrive un peu après la bataille sur la VR (Oculus et HTC étant leaders), le casque sera vendu beaucoup moins cher (399 dollars contre minimum 600 dollars chez les concurrents) et avec l’avantage d’avoir des capteurs internes pour s’affranchir des caméras. « Pour moi, il n’y a qu’un problème, c’est le champ de vision, on voit le contour du cadre mais ça va s’améliorer et il y a plein de choses à faire », reprend Alain Regnier. « Il n’y a plus qu’à savoir si Microsoft a prévu les contenus nécessaires », relève de son côté Julien Bergounhoux.

L’approche multiplateformes saluée

La firme a fait un virage dans l’open source ces dernières années, elle est l’une des sociétés qui participe le plus activement au projet. « Pendant longtemps, elle était considérée comme une société evil (diabolique), très particulière d’un point de vue développement, l’opposé de l’open source », se rappelle Alain Regnier qui, comme d’autres développeurs de la Build, se réjouit de ce constat.

Pour le développeur plus habitué à travailler avec Google qu’avec l'offre de Microsoft, l’approche multiplateformes, avec Xamarin, est vraiment intéressante. L’idée de développer une application pour iOS, Windows et Android au lieu de l’adapter à chaque fois est un bel effort. Sans oublier l’expérience unifiée (cross-devices) sur tous les supports : ordinateur, tablette, objets connectés. Avec la fonctionnalité Clipboard, on pourra copier-coller d’un ordinateur à son portable, nous évitant de nous envoyer un mail pour récupérer un fichier. « La partie démo est très intéressante mais la question qu’on se pose c’est : "quand va-t-on pouvoir l’utiliser ?" », modère Alain Regnier. Pas avant septembre a priori.