Les Européens brillent aux Golden Globes

CINEMA Un trophée pour Marion Cotillard, deux pour «Le scaphandre et le papillon»...

P. K. (avec agence)

— 

French actress Marion Cotillard smiles as she arrives at the 33rd annual Los Angeles Film Critics Association Awards in Los Angeles January 12, 2008. Cotillard received the award as best actress for her role in "La Vie en Rose".  REUTERS/Mario Anzuoni   (UNITED STATES)
French actress Marion Cotillard smiles as she arrives at the 33rd annual Los Angeles Film Critics Association Awards in Los Angeles January 12, 2008. Cotillard received the award as best actress for her role in "La Vie en Rose".  REUTERS/Mario Anzuoni   (UNITED STATES) — REUTERS/Mario Anzuoni

Ils n'ont pas eu droit à une cérémonie en bonne et due forme, mais les récompensés aux Golden Globes récoltent tout de même de beaux trophées.

Les Européens ont raflé la majorité des prix, à commencer par la Française Marion Cotillard, récompensée dans la catégorie de la meilleure actrice dans un film comique ou musical pour son portrait d'Edith Piaf dans «La môme».

Deux globes pour «Le scaphandre et le papillon»

«Le scaphandre et le papillon», réalisé par un Américain (Julien Schnabel) mais tourné en langue française, a aussi obtenu deux récompenses, dont celui du meilleur film en langue étrangère.

Honneur également à l'Irlandais Daniel Day-Lewis pour son portrait d'un prospecteur sans scrupules dans «There will be blood» et à la Britannique Julie Christie pour «Loin d'elle».

Trois autres oeuvres ont obtenu deux Golden Globes chacune: «Reviens-moi», du britannique Joe Wright ; le sanglant film musical «Sweeney Todd», signé Tim Burton ; et le non moins violent «Non, ce pays n'est pas pour le vieil homme» des frères Coen.

Pas de glamour

L'annonce de ces trophées, décernés par l'Association de la presse étrangère de Hollywood (HFPA) dans un hôtel de Beverly Hills (Californie, ouest), s'est effectuée sans le glamour habituel, la cérémonie ayant été torpillée par la grève des scénaristes de cinéma et de télévision.

De quoi inquiéter sérieusement la profession, à six semaines de la remise des Oscars.

Parmi les rares lauréats à s'exprimer dimanche soir, Cate Blanchett, récompensée du Globe du meilleur second rôle féminin pour son portrait de Bob Dylan dans «I'm not there» a affirmé que «rien de tout cela n'aurait été possible sans le grand Bob Dylan». «Qui que vous soyez, où que vous soyez, je vous remercie beaucoup».