Lettre ouverte, tribune, manifestation... Le monde de la culture se mobilise contre le Front national

APPEL De nombreuses personnalités appellent à faire barrage au FN au second tour pour sauver le monde de la culture…

Claire Barrois

— 

Olivier de Sagazan aboyant sur le parvis de la Défense, samedi 29 avril.
Olivier de Sagazan aboyant sur le parvis de la Défense, samedi 29 avril. — Capture d'écran / Twitter
  • Le réalisateur Luc Besson a écrit une lettre ouverte
  • Plus de quarante syndicats de la culture appellent à manifester le 2 mai à Paris
  • Olivier de Sagazan a aboyé pendant trois heures sur le parvis de La Défense
  • Philippe Torreton et Dany Boon appellent chacun à voter contre l'extrême-droite

Trop, c’est trop. Le monde de la culture, inquiet à l’idée que la candidate du Front national, Marine Le Pen, accède au pouvoir, s’est lancé dans diverses manifestations. Appel au rassemblement, lettre ouverte ou tribune, aboiements… Les artistes ont employé tous les moyens pour avertir les Français du danger que représente le FN à leurs yeux.

I think it's the right time to be a citizen. Link in bio.

A post shared by @lucbesson on

Luc Besson a écrit une lettre ouverte

Le réalisateur Luc Besson en avait visiblement gros sur le cœur. Il a donc écrit une lettre ouverte intitulée La grande illusion, dans laquelle il s’adresse à « [s] es chers compatriotes, [s] es amis, [s] es frères ». Sur cinq pages (à retrouver à la fin de l’article), il dénonce « la belle arnaque dans laquelle nous nous apprêtons à tomber. »

« Notre mal-être nous expose, nous rend vulnérable, constate le réalisateur de Valerian. Nous sommes prêts à entendre n’importe quoi du moment que ça soulage. C’est le moment idéal pour nous abuser et c’est le créneau choisi par les escrocs pour entrer en piste. » Il évoque ensuite, tour à tour, Jean-Marie et Marine Le Pen, « le père tout d’abord, pour qui la Shoah est un détail, le racisme une douce mélodie et l’étranger un nuisible » et la fille, sur laquelle il lance ces interrogations : « Comment peut-on se réclamer “candidate du peuple” quand on n’a jamais travaillé avec lui ni pour lui ? Et comment peut-on se déclarer “antisystème” quand on l’utilise à fond depuis des décennies ? »

>> A lire aussi : Audrey Pulvar réagit à l'absence de mobilisation contre le FN, un «cauchemar recommencé»

Luc Besson affirme avoir étudié les 144 points du programme du parti d’extrême droite pour en déduire cela : « Trois ou quatre points sont intéressants, une cinquantaine sont inapplicables, le reste n’est que du racolage électoral. » Enfin, le réalisateur conclut sur une métaphore : « Je crois savoir ce qu’est un scénario, je pense pouvoir juger un acteur. Le film que nous propose Madame Le Pen est juste mauvais. Le scénario ne tient pas la route et son actrice principale [ainsi que les rôles secondaires] jouent faux. »

La Grande Illusion - Lettre ouverte de Luc Besson

Les syndicats de la culture ont lancé un appel pour manifester, le 2 mai

Jeudi, une quarantaine d’associations et syndicats de la culture a appelé à un rassemblement citoyen contre le Front national le 2 mai à la Cité de la musique à Paris à la salle des concerts de la Cité de la musique à 19 h 30 le 2 mai. Leur communiqué, intitulé La culture contre le Front national, appelle à « participer au scrutin du 7 mai, à voter pour faire barrage au FN ».

Parmi les premiers signataires figurent des syndicats (CFDT Culture, CFTC, CGT Culture etc.) des fédérations (Association française des orchestres, Fédération des grands ensembles de jazz et de musiques improvisées, Les Forces musicales, La Réunion des Opéras de France, le Syndeac etc.) ainsi que la Ligue des droits de l’Homme et la Ligue de l’enseignement.

Olivier de Sagazan a aboyé (oui oui) « en résistance au Front national »

Olivier de Sagazan, peintre, sculpteur et performeur, a aboyé pendant trois heures sur le parvis de La Défense pour « éveiller les consciences » contre les dangers du Front national au deuxième tour de la présidentielle.

« C’est une image qui pourrait être très forte et très belle si une centaine de personnes se joignent à moi. J’ai lancé un appel mais je n’ai aucune idée du nombre que nous serons », souhaitait l’artiste avant de débuter sa performance. Seules deux autres personnes l’avaient rejoint vers 13 heures, a constaté l’AFP.

« C’est un appel à voter pour Emmanuel Macron pour éviter le Front National, ça ne veut pas dire que j’éprouve quoi que ce soit pour Macron »

« C’est une image typiquement dadaïste qui tente dans un geste un peu absurde de dire que l’être humain n’a tout d’un coup pas d’autre moyen que l’aboiement pour exprimer qu’il flaire un danger. » L’artiste a décrit son geste comme « un appel à voter pour Emmanuel Macron pour éviter le Front National, ça ne veut pas dire que j’éprouve quoi que ce soit pour Macron, qui se situe à mon avis dans la continuité des autres gouvernements, mais c’est moins pire que Marine Le Pen, c’est incontestable. »

Philippe Torreton s’est fendu d’une tribune en soutien aux manifs lycéennes

Dans une tribune publiée dans L’Obs, l’acteur Philippe Torreton s’adresse directement aux jeunes qui manifestent : « Il y a quinze ans, nous étions comme vous choqués et en colère, et nous voulions nous aussi le faire savoir haut et fort. Aujourd’hui, beaucoup d’entre nous ont pris acte d’un Fait National, qui fait front sans personne en face. Excepté vous. »

Il ajoute : « Si je vous interpelle, c’est que, pour moi, ne pas appeler à voter Macron revient à supposer que l’abstention ou voter Le Pen est une possibilité que l’on admet. Il ne sert à rien de tortiller du croupion pour dire que je ne rendrai pas mon vote public, que j’invite à ne pas donner une voix au FN, ce qui est clair s’exprime clairement. Il faut voter Macron et il faut le faire savoir. »

S’il félicite les lycéens pour leur engagement contre le Front national, Philippe Torreton les appelle à manifester cet engagement dans le vote : « Il n’y a qu’une façon de faire barrage à l’extrême droite, au nationalisme, à la xénophobie, au racisme, à l’antisémitisme, au révisionnisme, au populisme, c’est d’appeler à voter Emmanuel Macron au second tour. Tout le reste est indigne et ne mérite que mépris. »

Dany Boon appelle à « prouver que nous sommes toujours le pays de la liberté de l’égalité et surtout de la fraternité »

Il souligne que « jamais un pays d’extrême droite n’a réglé les problèmes ». Le comédien et réalisateur a appelé samedi soir sur Facbook à voter Emmanuel Macron, expliquant : « Je suis né dans une famille modeste du Nord de la France, d’une mère Ch’ti et d’un père Kabyle qui m’ont appris la tolérance, le respect et le souci de l’autre »

« Je suis fier d’être Français. Je voyage dans le monde entier avec mes films pour faire rire et émouvoir. Je suis imposé à 51 % d’impôts dont 30 % en France. J’en suis très heureux ». « Je n’ai de leçon à donner à personne mais franchement jamais dans aucun pays un parti d’extrême droite n’a réglé les problèmes en imposant une préférence nationale, au contraire. Prouvons au monde entier et à nous-mêmes que nous sommes toujours le pays de la liberté de l’égalité et surtout de la fraternité. Votons Emmanuel Macron ! », conclut l’humoriste.